François Hollande parraine les premiers "emplois d'avenir"

le
2
LES EMPLOIS D'AVENIR POUR LES JEUNES
LES EMPLOIS D'AVENIR POUR LES JEUNES

CHELLES, Seine-et-Marne (Reuters) - François Hollande a assisté jeudi en banlieue parisienne à la signature des tout premiers "emplois d'avenir", dispositif sur lequel le gouvernement appuie sa lutte contre le chômage des jeunes mais qui doit encore faire ses preuves.

En déplacement à Chelles (Seine-et-Marne), le président de la République devait aller à la rencontre de 11 jeunes s'apprêtant à signer des contrats avec six employeurs différents, dont la ville de Chelles, la SNCF et la Croix-Rouge.

Un geste que le gouvernement espère voir reproduire à 100.000 reprises l'an prochain, avec un objectif de 150.000 contrats fin 2014, pour un coût global de 2,3 milliards d'euros.

Collectivités, associations, musées, hôpitaux, entreprises comme la Poste et la SNCF devraient constituer les principaux débouchés pour un dispositif destiné aux jeunes de 16 à 25 ans pas ou peu qualifiés.

Le ministère du Travail estime à 550.000 le nombre de ces jeunes, 750.000 si l'on ajoute ceux titulaires d'un CAP ou d'un BEP. Chaque année, 120.000 adolescents quittent l'école sans diplôme, et le taux chômage des jeunes atteint 22,7%, contre 9,4 pour le reste de la population active.

Le programme prévoit un financement par l'Etat à hauteur de 75% du salaire brut du jeune pour les employeurs du secteur non marchand, qui constitueront 90% de l'ensemble. L'aide sera de 35% pour le secteur marchand.

Il s'agira dans leur grande majorité de contrats à durée déterminée (CDD) de trois ans, "exceptionnellement de CDD d'une durée d'un an si la situation et le projet professionnel du jeune l'exigent", précise le ministère du Travail.

Les jeunes pourront bénéficier d'une formation pendant ce contrat.

Ces emplois constituent une promesse de campagne de François Hollande au même titre que les contrats de génération, qui seront lancés début 2013, dont le principe consiste à aider les entreprises qui embauchent un jeune tout en gardant un senior.

"MONTÉE EN CHARGE PROGRESSIVE"

"En un temps record, on a mis en place tous les éléments", se félicite Gilles Gateau, directeur de cabinet du ministre du Travail, Michel Sapin. "La montée en charge sera progressive, avec le souci de ne pas sacrifier le qualitatif au quantitatif".

Selon les hypothèses du ministère, un tiers des contrats, sur les 100.000 prévus, devraient être signés au premier semestre 2013, et les deux-tiers restant ensuite. Cette même année, 6.000 "emplois d'avenir professeurs" seront créés dans le cadre de l'Education nationale.

Dans les enveloppes régionales prévues entre novembre 2012 et décembre 2013, 14.000 emplois d'avenir sont annoncés en Ile-de-France, et 9.000 en Outre-Mer.

Pôle Emploi et les missions locales seront mis à contribution pour mettre en contact les jeunes susceptibles d'être recrutés et des employeurs potentiels.

Une enveloppe supplémentaire de 30 millions d'euros (sur un budget de 180 millions) est prévue pour les missions locales, auxquelles reviendra le soin de fournir un référent à chaque jeune embauché.

"Certains n'auront pas besoin d'accompagnement, d'autres vont demander beaucoup d'attention", souligne Gilles Gateau.

Pour informer le grand public, une campagne sera lancée dans les prochains jours dans la presse écrite et à la radio, pour un coût de 1,7 million d'euros, achat d'espaces compris.

"Sans diplôme, tu trouveras jamais du boulot", avec le mot "jamais" barré, en sera l'un des slogans. Un site internet est accessible à l'adresse www.lesemploisdavenir.gouv.fr.

Le programme des emplois d'avenir a été lancé la semaine dernière par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a signé 30 conventions avec des entreprises lors d'une cérémonie à Matignon.

Pour illustrer le soutien du gouvernement au dispositif, une vingtaine de ministres assisteront à la signature de contrats sur tout le territoire dans les jours qui viennent.

Après Chelles, Michel Sapin sera par exemple vendredi à Poitiers et lundi à Château-Chinon.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101717 le jeudi 8 nov 2012 à 11:37

    KAFKA016 a bien raison : 3 millions de chômeurs ? Ne faisons rien ! Comme l'Equipe précédente, forte de ses nombreux succès retentissants en matière de réduction de chômage ;o)

  • KAFKA016 le jeudi 8 nov 2012 à 11:33

    100% DANS LES FONCTIONS PUBLIQUES !!!!