François Hollande parle de résistance républicaine

le
1
François Hollande parle de résistance républicaine
François Hollande parle de résistance républicaine

par Elizabeth Pineau

LIMOGES, Haute-Vienne (Reuters) - Un parfum de victoire à domicile flottait vendredi soir à Limoges lors du meeting de François Hollande, qui a rendu hommage à "toutes les cultures" de gauche et appelé à un front républicain face à la tentation de l'extrême droite.

Sur ces terres de Résistance, les quelque 7.000 personnes ont entonné le Chant des partisans dans un moment de vif émotion avant un discours du candidat socialiste largement consacré à condamner les "transgressions" de Nicolas Sarkozy, candidat d'une droite "qui jette ses derniers feux".

A neuf jours du second tour, François Hollande a aussi rendu hommage aux cultures de gauche, notamment communiste et écologiste, en présence de l'ex-candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, Eva Joly. Cette dernière lui a confirmé son soutien "plein et entier".

Au terme d'une semaine marquée par la réponse à donner aux 17,9% de voix recueillies dimanche par la candidate du Front national Marine Le Pen, François Hollande a invité chacun à se mettre "à la hauteur de la France" en étant "exemplaire dans la défense de la République".

"Comment accepter que les ouvriers, les paysans, les jeunes puissent accorder leurs suffrages à un parti qui ( ...) se sert d'eux pour porter des thèmes, des références qui ne font pas honneur à la France ?", s'est-il interrogé.

"Tous les républicains qui s'interrogent, ils doivent voir en nous le candidat du rassemblement de la France, du rassemblement de tous les républicains pour la France", a-t-il dit. "Et nous ne devons écarter personne, mais en même temps ne rien négocier avec quiconque".

"Celles et ceux qui veulent nous rejoindre: bienvenue et nous n'avons qu'un seul souci, l'intérêt de la France".

François Hollande a aussi fait référence à ceux qui se sont dits choqués par les positions droitières de Nicolas Sarkozy, à l'image du candidat centriste François Bayrou et l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin.

"Au sein de la droite humaniste au sein du centre, il y a des voix qui ne peuvent pas accepter cet excès, cette outrance, ce danger", a-t-il dit.

"CELUI QUI MENT"

François Hollande a consacré une longue parenthèse aux "contre-vérités" de Nicolas Sarkozy, qui l'a notamment accusé à tort de vouloir procéder à des régularisations massives d'étrangers en situation illégale, d'être soutenu par des centaines de mosquées et de vouloir fermer des dizaines de centrales nucléaires.

"Celui qui ment est celui qui n'est pas sûr de lui, c'est celui qui veut tromper le peuple et non pas l'éclairer", a dit François Hollande. "Nous pourrions sourire et je le fais car c'est presque comique, en même temps je ne sous-estime pas ce que ça peut avoir comme conséquence dans le débat public".

Le candidat du "rassemblement" a lancé des appels à la mobilisation, des écologistes aux communistes en passant par le Front de gauche.

"La gauche, c'est une famille qui vit parfois dans des logements séparés mais s'entretient mutuellement de toutes ses cultures", a-t-il souligné.

"Il y a une culture communiste et je voudrais lui rendre hommage", a-t-il ajouté, rappelant le rôle des communistes dans la Résistance.

François Hollande a aussi salué "le mouvement écologique ici représenté par Eva Joly et Cécile Duflot au nom d'Europe Ecologie-Les Verts". Les deux femmes se sont alors levées, main dans la main.

Le candidat a aussi rendu hommage à l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, présent dans la salle, qui lui avait proposé de prendre la tête du Parti socialiste quand il était allé à Matignon.

Du début à la fin de son discours, le député de Corrèze n'a pas non plus manqué de dire son attachement au Limousin, qui lui a offert son meilleur score régional au premier tour de la présidentielle.

"Merci de m'avoir accueilli, merci de m'avoir porté, merci de pouvoir me faire le prochain président de la République française", a-t-il conclu sous les "On va gagner", avant une dernière Marseillaise.

Edité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le vendredi 27 avr 2012 à 22:56

    "Le chant des partisans", c'est ce chant sacré pour les Français, que le groupe maghrébin ZEBDA avait interprété un peu à la façon de "la marche des canards" il y a quelques années. Au fait, Hollande n'était-il pas en leur compagnie plus tôt dans la journée?