François Hollande : "Moi président...", le bilan

le
2
François Hollande s'est récemment expliqué sur cette anaphore dans le documentaire Moi candidat en déclarant notamment qu'il pensait que Nicolas Sarkozy réagirait au bout de trois-quatre moi président...
François Hollande s'est récemment expliqué sur cette anaphore dans le documentaire Moi candidat en déclarant notamment qu'il pensait que Nicolas Sarkozy réagirait au bout de trois-quatre moi président...

Loin d'être passée inaperçue, l'anaphore « moi président » de François Hollande en 2012 reste comme l'un des moments forts du débat d'entre-deux-tours face à Nicolas Sarkozy. Une longue énumération de promesses en rupture avec le bilan du président sortant. Mais cinq ans après, au terme de son quinquennat, François Hollande n'a pas tenu toutes ses promesses.

C'est notamment le cas de la modification du scrutin pour les élections législatives. Le mandat de François Hollande devait sonner le glas du scrutin uninominal à deux tours et introduire une dose de proportionnelle aux législatives pour « représenter l'ensemble des sensibilités politiques ». Cinq ans plus tard, rien n'a changé et pas l'ombre d'un projet de loi organique.

François Hollande avait également évoqué la réforme du statut pénal du président de la République. Plus complexe, car nécessitant une modification de la Constitution, cette réforme n'a jamais été menée. Un projet a bien été un moment à l'étude, mais il ne concernait que le statut civil du chef de l'État.

Il s'était également engagé à soigner le dialogue social, ce qui semblait bien parti en début de quinquennat. En revanche, les liens se sont brutalement tendus avec le passage en force sur la loi travail. Le président sortant avait également promis de ne pas recevoir « les parlementaires de la majorité à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4627855 il y a 6 mois

    Veolia ,est-il habilité à déménager Hollande!

  • M4189758 il y a 6 mois

    JPi - Moi président "mon ennemi c'est la finance mais j'ai emprunté 10 milliards d'euros par mois et ce pendant cinq ans et j'aurai , aussi, une bonne retraite".