François Hollande maintient le cap malgré de sombres prévisions

le
8
LES PRÉVISIONS DE L?OCDE
LES PRÉVISIONS DE L?OCDE

par Elizabeth Pineau

RODEZ, Aveyron (Reuters) - François Hollande a défendu mercredi sa politique pour l'emploi, au risque de l'incantation à l'heure où toutes les prévisions convergent pour annoncer un prolongement de la crise en France et en Europe.

En déplacement dans l'Aveyron rural et industriel, le chef de l'Etat a réaffirmé sa volonté de réveiller l'activité en France.

Tous les signes sont pourtant contre lui : les chiffres du chômage d'avril attendus jeudi seront sans doute mauvais, la Commission européenne somme Paris de faire des réformes structurelles et l'OCDE prédit à l'économie française encore 18 mois sombres, au minimum.

"Il pleut tout le temps au moins depuis un an. Vous allez voir, ça va se lever", a tenté dans un sourire le président devant des centaines d'ouvriers réunis à Rodez, filant la métaphore météorologique en ce printemps pluvieux où les Français ne voient pas la fin de la crise.

Devant la presse, le chef de l'Etat a fait fi des prévisions de l'OCDE prédisant une hausse du chômage en France jusqu'à la fin 2014 au moins, alors que lui-même veut en inverser la courbe d'ici la fin de l'année.

"Moi, je ne suis pas dans les concours de pronostics, je ne fais pas un pari sur l'avenir", a-t-il affirmé. "Je fais une politique qui doit avant la fin de l'année 2013 inverser la courbe du chômage et après en 2014 continuer à réduire le chômage".

"Je vais pas me résigner, je ne vais pas rester les bras ballants", a-t-il insisté à la veille d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel à Paris, avec qui il parlera notamment de la lutte contre le chômage des jeunes.

Même coup de menton présidentiel à l'égard de la Commission européenne, qui enjoint la France d'engager des réformes d'ampleur, notamment des retraites, tout en lui accordant jusqu'en 2015 pour ramener son déficit public à 3% du PIB.

"JE VEUX SALUER LE SYNDICALISME FRANÇAIS"

"La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire, elle a simplement à dire que la France doit rétablir ses comptes publics", a dit le président. "Ce qui est la vérité sur les retraites, c'est qu'une discussion s'engagera avec les partenaires sociaux avec justice, responsabilité et volonté d'en terminer avec les déficits".

La concertation des partenaires sociaux doit aboutir à une réforme des retraites d'ici la fin de l'année, en vue d'un équilibre des régimes à l'horizon 2020.

François Hollande a prédit un compromis qui reviendra à "faire contribuer davantage un certain nombre de Français", à travailler plus longtemps "en tenant compte de la pénibilité".

Le président a fait un lien avec le dialogue social mené au sein de l'entreprise Bosch de Rodez, premier employeur du département de l'Aveyron.

Syndicats et direction de cette entreprise d'équipement automobile de 1.600 personnes ont signé fin avril un accord de "flexisécurité" pour préserver l'emploi.

Il prévoit notamment un investissement de 29 millions d'euros permettant la montée en gamme d'une ligne de production d'injecteurs diesel, une hausse salariale limitée à 0,6% en 2014 et la création d'un "compteur temps collectif" pour faire face aux fluctuations d'activité sans avoir recours au chômage partiel.

"Je veux saluer le syndicalisme français, celui qui signe des accords - ici tous les syndicats l'ont fait -, même celui qui ne signe pas d'accord et qui se met autour de la table et cherche de bonne foi à trouver la solution", a dit le président. "On a besoin de ce dialogue, de cette concertation".

Le déplacement présidentiel prolongeait une journée qui a commencé par un séminaire pour l'emploi réunissant à l'Elysée gouvernement, préfets, associations d'élus et directions des ressources humaines de grands groupes (France Telecom, SNCF, McDonald's, Danone, Carrefour, GDF-Suez notamment).

Le nombre de demandeurs d'emploi en France a dépassé en mars le chiffre de 3,2 millions, un record historique.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frede331 le jeudi 30 mai 2013 à 08:04

    "il dort le gros c.on de l'ely.sée? On va le ramener a la maison mere le ptit gars de Tul.les, au terminus des prete.ntieux" (je continue sur les dialogues des Tontons Flingeurs)

  • M4661438 le mercredi 29 mai 2013 à 22:33

    chatnour c'est " les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait " !

  • hgourg le mercredi 29 mai 2013 à 22:33

    Encore 4 ans ...

  • knbskin le mercredi 29 mai 2013 à 21:30

    Bôf ! Il nous a déjà fait le coup avec les 3 % de déficit : on devait y arriver fin 2013 ... ce sera fin 2015, à la Saint Kondratieff ou à la Saint Glin-Glin ... Mais Hollande "mène une politique" et il ne "baisse pas les bras" ... et la France s'enfonce ...

  • M9035148 le mercredi 29 mai 2013 à 21:26

    Hollandouille fait plonger la france par son inéfficacité

  • chatnour le mercredi 29 mai 2013 à 21:22

    "Seuls les cons ne changent pas d'avis, c'est même à ça qu'on les reconnaît !" (Michel Audiard)

  • jbellet le mercredi 29 mai 2013 à 21:11

    hollande maintient ses prévisions optimistes malgré l'avis contraire et tres peu optmistes de tous les analystes de ce monde! l'objectif est de passer les municipales de 2014 sans trop de casse

  • M5005891 le mercredi 29 mai 2013 à 21:11

    Normal qu'il persiste puisqu'il ne comprend rien à l'économie, enocre une preuve que l'ENA ne fabrique pas que des bons.