François Hollande lance la mobilisation contre le sida

le
0
VEILLE DE LA JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE SIDA
VEILLE DE LA JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE SIDA

LE KREMLIN-BICÊTRE, Val-de-Marne (Reuters) - François Hollande a remobilisé vendredi dans la lutte contre le sida, à la veille de la journée mondiale contre un virus qui touche 34 millions de personnes dans le monde, dont 140.000 en France.

"Quels que soient les progrès, rien n'est jamais acquis. Il faut continuer le combat jusqu'à l'éradication de la maladie", a dit le président de la République lors d'une visite à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre en compagnie des ministres de la Santé et de la Recherche, Marisol Touraine et Geneviève Fioraso.

Les autorités françaises estiment à environ 140.000 le nombre de personnes séropositives dans le pays, dont 20.000 à 30.000 sans le savoir, et à 7.000 le nombre de contaminations annuelles supplémentaires.

Les nouvelles infections concernent essentiellement les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, les migrants et l'Outre-mer.

"La situation exige encore vigilance et action", a dit François Hollande, déplorant notamment un "accès aux soins réparti de façon tragiquement inégale".

Marisol Touraine a annoncé un élargissement en 2013 des tests de dépistage rapide dans les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Guyane et Rhône-Alpes, en plus de l'Ile-de-France.

Ces tests permettent d'apporter une réponse dans un délai de 30 minutes contre plusieurs jours pour les tests classiques.

"Il faut aller vers la généralisation de ces tests", a dit la ministre à la presse.

"Le sida n'est pas une maladie du passé", a-t-elle rappelé, annonçant en outre une nouvelle campagne pour le préservatif.

Au Kremlin-Bicêtre, où sont soignés et suivis des séropositifs, François Hollande a inauguré un bâtiment rénové rebaptisé en l'honneur de Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine, co-découvreuse du virus du sida avec le professeur Luc Montagnier en 1983.

VACCIN

Cette découverte "fut pour la France une grande reconnaissance, pour l'institut Pasteur une nouvelle consécration et pour la recherche française, un encouragement", a dit le chef de l'Etat. "La France continuera à être exemplaire en matière de recherche, et de recherche médicale".

La France est en deuxième position derrière les Etats-Unis en terme de production et de reconnaissance scientifique sur ce thème, et deuxième donateur au niveau mondial pour l'accès aux médicaments dans les pays du Sud.

L'épidémie touche 2,3 millions de personnes de plus chaque année.

La recherche s'oriente actuellement vers la mise au point de vaccins à vocation soit préventive, soit thérapeutique.

Une telle avancée permettrait "de sortir de ces longues décennies de pandémie (...), de découvrir la vie avec insouciance et liberté, ce qui a pu être perdu ces dernières années", a dit François Hollande.

Du côté des scientifiques, la prudence est de mise.

"Nous n'avons pas, fin 2012, de bon candidat vaccin. Il ne faut pas baisser les bras", a déclaré le professeur Jean-François Delfraissy, président de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) - dont le budget a été reconduit pour 2013, à 45 millions d'euros.

Françoise Barré-Sinoussi a quant à elle lancé un message à la jeunesse : "L'infection VIH est toujours là, protégez-vous, protégez les autres et surtout n'hésitez pas à vous faire dépister !"

Elizabeth Pineau, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant