François Hollande : l'inconnu dans la maison vide

le
0
François Hollande est lâché par tous, y compris par ses proches.
François Hollande est lâché par tous, y compris par ses proches.

La semaine qui s'achève est cruelle et désastreuse pour François Hollande. Dimanche, dans Le JDD, Martine Aubry fustigeait sa politique, ses erreurs et ses trahisons. Jeudi, son Premier ministre Manuel Valls donnait à L'Obs une interview qui fera date. Il y jette les bases d'une gauche refondée, modernisée, à l'écoute des entreprises, réconciliée avec le libéralisme et l'économie de marché. Pris entre ces deux feux, le chef de l'État est resté coi. Il s'est contenté de glisser deux-trois petites blagues en décorant Valls des insignes de grand-croix de l'ordre national du Mérite.

LIRE notre article "Les compliments fielleux de François Hollande à Manuel Valls"

Comme si cela ne suffisait pas, deux très respectables socialistes leur ont emboîté le pas. L'ancien Premier ministre Michel Rocard interrogé sur la présidentielle de 2017 lâche cette phrase sans appel : "Je ne pense ni qu'il le souhaite ni qu'il le puisse, et moi-même, je le lui déconseillerais." Pire encore, Gérard Collomb, maire de Lyon et figure de la gauche raisonnable, gestionnaire et pragmatique, réclame des primaires pour cette élection. Demander à un président sortant de batailler contre ses anciens ministres, ou de simples députés, pour porter l'écusson de son parti, voilà une humiliation supplémentaire.

Conclusion de ces tirs de barrage à la fois croisés et contradictoires : le président de la République n'existe plus. Il n'est que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant