François Hollande - Julie Gayet : comment l'Elysée va gérer l'affaire

le
17
François Hollande - Julie Gayet : comment l'Elysée va gérer l'affaire
François Hollande - Julie Gayet : comment l'Elysée va gérer l'affaire

« Des notes courtes, pas trop longues. » Vendredi matin, hôtel de Marigny, une dépendance de l'Elysée. Après avoir présenté ses v?ux à la quarantaine de membres de son cabinet, le président de la République déjeune avec ses conseillers. Il parle de la « France de demain », de l'«emploi », de la « réduction des dépenses ». Mais pas un mot, pas même une allusion à « Closer ». Comme si de rien n'était.

Et pourtant, ces « révélations » tombent au plus mal pour le chef de l'Etat. A quelques jours de sa conférence de presse, prévue le mardi 14 janvier, censée lui donner un nouveau souffle, voilà Hollande contraint de faire sa rentrée sur un double front : vie publique et vie privée. Un mélange des genres que le « président normal » a déjà dû affronter en juin 2012 lorsque, par un tweet, sa compagne Valérie Trierweiler avait créé le scandale en soutenant l'adversaire politique local de Ségolène Royal.

Vendredi matin, il faut donc vite déminer en séparant les rôles : le président d'un côté, le « citoyen » de l'autre. Dès 7 heures, un mystérieux « ami proche » de François Hollande appelle l'Agence France Presse. En présence de l'avocat et ami Jean-Pierre Mignard, une déclaration est faite au nom de Hollande qui « déplore profondément les atteintes au respect de la vie privée auquel il a droit comme tout citoyen ». Et d'ajouter qu'il « examine les suites, y compris judiciaires, à apporter à cette parution » de « Closer ».

Le risque d'un feuilleton défrayant la chronique

Si Hollande tient à dissocier les rôles, c'est pour mieux protéger sa conférence de presse consacrée, affirme son entourage, « aux questions qui relèvent des affaires de l'Etat ». Chômage, dette, entreprises, etc., mais pas de vie privée.

Jean-Pierre Mignard est, lui, chargé d'explorer les pistes judiciaires. « Aucune décision n'est encore prise », confiait l'avocat qui, hier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le samedi 11 jan 2014 à 20:30

    Faut le castrer!

  • fgino le samedi 11 jan 2014 à 14:48

    c'est pas un coq !! c'est un chapon !!

  • M9035148 le samedi 11 jan 2014 à 12:54

    Il pourrait échanger cours de prostate contre diminution de la courbe du chomage avec Merkel

  • M9035148 le samedi 11 jan 2014 à 12:43

    Enfin ,j'ai compris le sens de la réforme de l'impôt voulue par ZERO...

  • M9095115 le samedi 11 jan 2014 à 12:04

    bduris 1.Ils lui ont du lui greffé une prostate quelconque mais performante pour justement contenter les 2 maitresses.Payée par les contribuables!!!!!

  • M9095115 le samedi 11 jan 2014 à 12:00

    Un impot est à l'étude par Zéro pour couvrir les nouveaux frais du président

  • M9095115 le samedi 11 jan 2014 à 12:00

    Loi Porcinet.Légalistion des relations homos,puis interdiction des relations hétéros(avec putes)et maintenant il va devoir faire une loi légalisant la polygamie puisqu'il la pratique

  • M2734309 le samedi 11 jan 2014 à 11:59

    T'inquiète M1531771, il n'y a pas que sur canal que l'on veut nous faire croire à un non évènement. A l'instant, sur les sujets de notre cher Boursorama, il y a 1 article consacré aux frasques de Hollando.uille, euh non plutôt Hollanco.uille, et 9 articles contre Dieudonné. Cherchez l'erreur !

  • M2734309 le samedi 11 jan 2014 à 11:51

    M2280901, aucune chance, les socilopes sont en majorité et il faut que les 2 tiers se prononcent pour la destitution. Donc aucune chance de virer porcinet et sa queue en tire bouchon !

  • M2280901 le samedi 11 jan 2014 à 11:39

    il faut appliquer l'article 68 de la Constitution