François Hollande juge un retournement économique proche

le
22
FRANÇOIS HOLLANDE JUGE UN RETOURNEMENT ÉCONOMIQUE PROCHE
FRANÇOIS HOLLANDE JUGE UN RETOURNEMENT ÉCONOMIQUE PROCHE

PARIS (Reuters) - François Hollande, qui entre la semaine prochaine dans la troisième année de son quinquennat, estime que le retournement économique tant attendu en France "arrive" et promet que cette nouvelle phase permettra une redistribution de pouvoir d'achat.

L'opposition de droite a ironisé dimanche sur cette nouvelle figure rhétorique, accusant le chef de l'Etat de mener une politique infructueuse et d'accumuler les promesses non tenues.

"Le redressement n'est pas terminé mais le retournement économique arrive", assure dans Le Journal du Dimanche François Hollande, qui marquera mardi ses deux ans à l'Elysée.

"Cette phase doit se traduire par une croissance plus forte, une compétitivité plus importante, une redistribution du pouvoir d'achat par une baisse des impôts", ajoute-t-il.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a fait voter mardi, malgré l'abstention d'une quarantaine de députés socialistes et l'opposition des écologistes, un programme de réduction des dépenses publiques de 50 milliards d'euros sur trois ans.

Ce programme doit notamment contribuer au financement d'une quarantaine de milliards d'euros de baisses de charges sociales et d'impôts pour les entreprises, dont le gouvernement espère une relance des investissements et de l'emploi. Mais il est également censé permettre à la France de ramener ses déficits publics à 3% du PIB en 2015.

"Ce que j'ai appris, c'est que la France compte si elle a de bons comptes", dit François Hollande au JDD.

"LE CARBURANT DU REDRESSEMENT"

Le chef de l'Etat souligne cependant que la baisse du chômage promise pour 2013, mais qui ne s'est toujours pas concrétisée, reste un des fils conducteurs déterminant de sa politique et de son quinquennat.

Il avait déclaré le 18 avril à des salariés de Michelin qu'il n'aurait "aucune raison d'être candidat" à sa réélection en 2017 ou "aucune chance d'être réélu" si le chômage ne baissait pas d'ici là.

"Depuis deux ans que François Hollande est élu, il vient tous les mois à la télévision pour dire aux Français: ne vous inquiétez pas, cela va s'arranger", a commenté le président de l'UMP, Jean-François Copé, sur France 3.

"Je vous rappelle qu'il avait déjà prédit le retournement du chômage à la fin 2013, qu'il avait promis il y a un an et demi d'arrêter les hausses d'impôts, on sait ce qu'il en est", a-t-il ajouté.

Sur Twitter, le secrétaire général de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, raille également les déclarations présidentielles.

"Hollande annonce, comme en 2013, le retournement économique. Problème, en Europe il est là depuis des mois, pas chez nous. La faute à qui?", écrit-il.

Le retournement conjoncturel, a voulu développer Jean-Marie Le Guen, "c'est en quelque sorte le carburant du redressement".

"Nous allons retrouver de la croissance, créer de la richesse", a martelé sur Radio J le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement.

Le gouvernement a revu en légère hausse, à 1,0% contre 0,9%, sa prévision de croissance pour 2014 et a retenu 1,7% pour 2015.

Concédant "un certain nombre de débordements" fiscaux lors des deux premières années du quinquennat et des "erreurs d'appréciation" sur les conséquences pour "les petites retraites et les petits salaires", Jean-Marie Le Guen a jugé que "tous les fondamentaux" étaient en place pour le redressement du pays.

"RIEN NE RELÈVE DE LA FORMULE"

Soucieux d'appuyer la démonstration présidentielle, le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste affirme que "François Hollande a stoppé le déclin". "Toutes les difficultés ont été affrontées, elles n'ont pas été toutes surmontées", a-t-il dit au "Grand rendez-vous" Europe 1-Le Monde-i>Télé.

Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, assure que "rien ne relève de la formule" dans l'optimisme affiché par le chef de l'Etat. "Le temps du retournement économique est en vue (...), il n'y a pas de dimension de pari, il y a une politique qui est totalement réfléchie", a-t-il dit sur BFM TV.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a dit pour sa part en avoir "un peu assez des pronostics ou de l'incantation". "Quand on parle de retour de la croissance, ce qui serait en soi une bonne nouvelle, il faudrait qu'on dise quel contenu", a-t-il dit sur France Inter.

Pour le président du MoDem, François Bayrou, l'économie française n'est pas "une question de météorologie européenne ou internationale". "Ce n'est pas le vent qui manque, c'est le bateau qui n'est pas en état de prendre le vent si le vent vient", a-t-il dit au "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI.

(Emmanuel Jarry et Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le lundi 5 mai 2014 à 11:12

    Il est vrai qu'on n'en a jamais été aussi proche.

  • M1625665 le lundi 5 mai 2014 à 08:51

    Il n'y a pas de quoi être rassuré! toutes ses prévisions ont été fausses!!! Il n' y a que PSDI qui va le croire mais avec son seul neurone il faut le pardonner

  • mipolod le lundi 5 mai 2014 à 08:17

    Faire pire que ces deux dernières années ça sera très difficile, mais flamb.y lui, soyez en sûr, il y arrivera !

  • M156470 le lundi 5 mai 2014 à 07:40

    FITTOTO -- Enfin ! OUF! Pédalo va se retourner....

  • r.edavni le lundi 5 mai 2014 à 00:38

    "François Hollande juge un retournement économique proche"... Excellent, j'adore ce mec! Trop drôle.

  • dsta le lundi 5 mai 2014 à 00:22

    ...et puis, même s'il se trompe, un tout petit peu, il faut même a son actif toutes les réformes pour faire redémarrer la France et la mettre sur de bons rails! ...et bien oui, il a quand même et avec beaucoup de pugnacité, pour une fois, fait voter la loi pour la "mariage pour tous"! C'est quand même une hyper réforme pour relancer la France!

  • dsta le lundi 5 mai 2014 à 00:17

    Vous pouvez lui faire confiance, c'est un visionnaire! J'en veux pour preuve, l'inversion de la courbe du chômage, c'est quand même une réussite, non ? En économie, c'est pareil, vous pouvez et même vous devez , lui faire autant confiance !!!!

  • s.thual le dimanche 4 mai 2014 à 23:29

    c est bien d etre president aujourdhui , on peut dire n importe quoi faire n importe quoi et on est payé tres cher,,,,que disait t il des patrons et pdg, des riches aussi qui ne reussissaient pas ,,,maintenant il s en prend aux retraités , c est plus facile,,mais attention ils ne l entendent pas de cette oreille,!!et ils ont du temps pour cela !

  • 2445joye le dimanche 4 mai 2014 à 22:13

    Traduit en clair, il y a 1 chance sur 2 pour que ça aille mieux à l'avenir que ces 2 dernières annees.

  • M1903733 le dimanche 4 mai 2014 à 21:29

    Il a une boule de cristal dans sa boite à outils?

Partenaires Taux