François Hollande : «Je serai le président de la fin des privilèges»

le
0
Pour son premier grand meeting de l'élection présidentielle, devant plus de 10.000 personnes, le candidat socialiste a surfé sur le rejet de Nicolas Sarkozy, devoilé quelques nouvelles propositions, retracé son histoire de gauche et parlé de lui.

«Vive la République, vive la France», ovation, Marseillaise. François Hollande a achevé en milieu d'après-midi dimanche au Bourget son premier meeting national de campagne sous les vivas. Ceux d'une foule de 10.000 militants réunis dans un hall d'exposition et de plusieurs milliers retenus dans une salle annexe (25.000 en tout, ose-t-on au PS).

Pour ce discours très attendu, le candidat socialiste à d'abord expliqué comment il comptait «présider autrement», à savoir en faisant absolument tout le contraire de Nicolas Sarkozy. Sans jamais citer le chef de l'Etat, François Hollande a dressé en creux la liste de toutes les critiques adressées à son principal adversaire. «Présider la République c'est rassembler, c'est écarter les stigmatisations, les divisions», a-t-il par exemple assuré. Ou alors, «présider la République, c'est se dévouer à l'intérêt général, c'est préserver l'état, sa neutralité, son intégrité face aux puissances de l'argent», a lanc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant