François Hollande : "Je n'ai rien à perdre"

le
4
François Hollande sur le plateau de BFM TV, mardi matin.
François Hollande sur le plateau de BFM TV, mardi matin.

Face à Jean-Jacques Bourdin pugnace et incisif, François Hollande martèle le refrain connu : "Non, rien de rien, non, je ne regrette rien." Il n'a pas sous-estimé la crise, il n'a jamais été imprudent dans sa vie privée, il réfute l'idée selon laquelle il a changé de politique fin 2013, il a mené les bonnes réformes, il a fait preuve de courage dans les épreuves. Le président dénie l'amateurisme dont on l'accable depuis près de deux ans. In fine, François Hollande ne plaide pas coupable. Plus que tout, il personnalise ce rendez-vous avec les Français. Les mots "moi" et "je" sont omniprésents. "Ce n'est pas ma réélection qui me préoccupe"Le président concède des "regrets". "J'aurais pu aller plus vite" : les débats sur le mariage pour tous ont été "trop longs", des dispositifs auraient pu être appliqués avec plus de force, mais ce n'est pas le temps du "regret", explique François Hollande, mais celui du "rebond", de la "réaction" et "donc de la réussite". François Hollande met ses ambitions personnelles entre parenthèses, laisse entendre que sa candidature en 2017 n'est pas le sujet et n'a rien d'automatique : "Ce n'est pas ma réélection qui me préoccupe, déclare-t-il. Je n'ai rien à perdre." Son ambition : qu'à la fin de son mandat, la France ait fait les choix et les réformes difficiles qui s'imposent à elle. Les questions des FrançaisL'exercice est inédit, insiste Jean-Jacques Bourdin, et les questions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 6 mai 2014 à 15:27

    Ben si il peut perdre son job.

  • c.monti1 le mardi 6 mai 2014 à 11:25

    "je n'ai rien à perdre" ! c'est vrai depuis qu'il a perdu sa credibilité en montrant son incompétence et son ignorance, son honneur en allant queuter rue du cirque avec son casqque sur la tete et la bi..te au vent.se type s'honorerait à partir avant qu'il ne soit trop tard.

  • c.monti1 le mardi 6 mai 2014 à 10:02

    leurs revenus sont imposés à la source pour chacun des mandats, cela leur permet de rester dans les tranches basses.Impossible en france d'investir a moins d'accepter de se faire prendre 70% sur le bulletin de salaire, + 40% Impots sur le revenus +20% de TVA +1% d'ISF +1% de taxes foncieres +15% de CSG CRDS ++++++++les socialos-communistes font tout pour avoir des pauvres via les immigrés pour garder leurs mandats.

  • pichou59 le mardi 6 mai 2014 à 09:20

    encore à côté de ses pompes? il est toujours dans son état PS; mais pour le petit Français, les fins de mois difficiles, la délinquance , le chômage des "moins jeunes" , le chômage est ralenti grâce au pacte artificiel de solidarité; et si on parlait des AVANTAGES MONSTRUEUX DES ELUS, un petit exemple les sénateurs perçoivent une indemnité de 4600EUR de chauffage alors qu'un bon nombre de "petits citoyens " ne peuvent plus se chauffer : la suppression c'est cela une mesure "concrête"!!