François Hollande : «Je n'ai pas besoin d'être encouragé»

le , mis à jour à 07:35
15
François Hollande : «Je n'ai pas besoin d'être encouragé»
François Hollande : «Je n'ai pas besoin d'être encouragé»

Pour rassembler, mieux vaut commencer par les siens. C'est ce que s'est appliqué à faire hier François Hollande au cours d'une visite en plusieurs étapes dans le Sud-Ouest. D'abord dans l'Aude, à Castelnaudary, puis en Haute-Garonne, à Labège et Ayguesvives. Partout, le président était en terrain de connaissance, entouré tout au long de sa visite d'élus amis — comme son ancienne ministre Carole Delga, aujourd'hui présidente de la région Occitanie, ou encore, venu en voisin, le député de l'Hérault Sébastien Denajat, fidèle d'entre les fidèles.

 

Un président conscient de la crise démocratique

 

Après avoir célébré à Castelnaudary le 350e anniversaire du canal du Midi, prétexte ensuite à une déambulation dans la ville, le président a fêté un autre anniversaire, celui d'un régiment de la légion. Devant des responsables de start-up réunis au sein de l'incubateur Sigfox, dans la banlieue de Toulouse, Hollande en a profité pour glisser un premier message : « Je veux dire à ceux qui doutent qu'il y a un avenir et que cet avenir a un sens et une direction. »

 

Mais c'est surtout à Ayguesvives, dans la banlieue de Toulouse, que le chef de l'Etat, devant un parterre d'élus et surtout de sympathisants PS, a martelé son appel au rassemblement. « La France doit se rassembler sur l'essentiel », a-t-il insisté en énumérant quatre enjeux : l'investissement, l'éducation, la formation et la transition énergétique. Mais, a-t-il souligné, « l'enjeu majeur c'est la cohésion nationale ».

 

Après avoir défendu son bilan — « les résultats arrivent, les créations d'emplois sont à un rythme permettant de réduire le chômage » —, il a lancé un avertissement : « Nous devons éviter cette culture du dénigrement, de douter de nos forces. On finirait par en oublier nos atouts. » Alors qu'un peu plus tôt dans l'après-midi le Premier ministre, Manuel Valls, s'était dit « prêt à mener le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 il y a 7 mois

    " célébré à Castelnaudary le 350e anniversaire du canal du Midi " Ah ça c'est ce qu'il faut pour le pays ! Quel ...(censuré)... !

  • M3866838 il y a 7 mois

    Qui a entendu parlé de la méthode Coué?

  • M3366730 il y a 7 mois

    Après avoir défendu son bilan — « les résultats arrivent, les créations d'emplois sont à un rythme permettant de réduire le chômage » ; en réalité trucage des chiffres, embauche de 230 000 personnes dans le para-publique, + de 60 000 fonctionnaires, contrats de génération et d'avenir, stages bidons mais malgré tout cela + de 700 000 chômeurs. N'oublions pas que le chômage ne touche que les salariés du privé, pas les régimes spéciaux, fonctionnaires et para-publiques !

  • M2949628 il y a 7 mois

    Mais il aurait des raisons d'être découragé, et on l'incite !!!!

  • 72805271 il y a 7 mois

    M999141 de toute façon il partira en 2017.

  • 445566ZM il y a 7 mois

    Incapable de prendre des décisions importantes, dont certaines peuvent être drastiques.

  • janaliz il y a 7 mois

    Voltaire ne doit pas être très fier de son pitre...

  • M999141 il y a 7 mois

    Et bien moi je l'encourage ... à partir

  • Neyres il y a 7 mois

    S'il n'a pas besoin d'encouragement alors pourquoi avoir recours à des artistes de gauche pour le soutenir. Il vit hors des réalités. Pense t il faire une campagne électorale à l'américaine comme Mme Clinton ?

  • M2266292 il y a 7 mois

    ce type qui dévaste la France