François Hollande, "infatigable", se compare à "Sisyphe heureux"

le
1
AU SALON DU LIVRE, FRANÇOIS HOLLANDE, "INFATIGABLE", SE COMPARE À "SISYPHE HEUREUX"
AU SALON DU LIVRE, FRANÇOIS HOLLANDE, "INFATIGABLE", SE COMPARE À "SISYPHE HEUREUX"

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande a répliqué dimanche aux attaques de la droite en se déclarant infatigable et en comparant la ténacité de son combat politique au mythe de Sisyphe.

Au terme d'une semaine marquée par l'intensification de la campagne de Nicolas Sarkozy, encore très agressif à l'égard de son adversaire socialiste samedi à Lyon, le candidat socialiste à l'élection présidentielle a fait montre de résistance.

"Je suis infatigable, inépuisable. Ceux qui espèrent un relâchement n'ont aucune chance", a dit le député de Corrèze à son arrivée au Salon du Livre, porte de Versailles à Paris.

Au début de sa visite d'environ six heures au Salon, le candidat a évoqué "Le Mythe de Sisyphe" d'Albert Camus, un livre inspiré d'un mythe grec -un homme condamné à pousser sans fin un rocher jusqu'en haut d'une montagne-, où l'on trouve la phrase : "La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un coeur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux".

Dans cette campagne entamée pour sa part depuis un an, il "faut continuer à porter son rocher, aller jusqu'au bout", a souligné François Hollande, talonné et parfois dépassé par le président sortant dans les sondages pour le premier tour.

"Je suis là en train de gravir mon rocher", a poursuivi François Hollande, à 35 jours du premier tour, le 22 avril. "Je suis presqu'en haut, ce sont les derniers mètres qui sont souvent décisifs pour arriver jusqu'à la victoire".

"Le combat politique est un combat sans fin (...) Moi, je suis un combattant", a insisté l'ancien premier secrétaire du PS entré dans la vie publique il y a une trentaine d'années.

Interrogé sur ses goûts littéraires, François Hollande a cité "Les Misérables" de Victor Hugo comme un livre ayant "marqué (s)a jeunesse".

"C'était la prise de conscience que les désordres, les inégalités pouvaient à la fois être écrites et en même temps vaincues par la volonté humaine", a-t-il dit.

"LA PRINCESSE VA VOTER"

Des propos qui prenaient un écho particulier à quelques heures du meeting de Jean-Luc Mélenchon à Bastille, à Paris. Le candidat du Front de gauche, soutenu par le Parti communiste, dépasse les 10% d'intentions de vote dans les sondages.

En arrivant au Salon du Livre, le candidat socialiste s'est vu offrir un badge "Cette année, la Princesse va voter" offert par l'Observatoire du livre et de l'écrit (Motif), un organisme soutenu par la région Ile-de-France, dirigée par un socialiste.

Une référence à la "Princesse de Clèves", devenue un symbole de résistance à Nicolas Sarkozy, qui avait ironisé au début de son quinquennat sur cette oeuvre de Madame de La Fayette.

"C'était mettre en cause le travail de tous ces professeurs qui veulent transmettre les plus beaux livres de notre patrimoine", a dit François Hollande. "Quand on est au sommet de l'Etat, qu'on nie l'existence de (l')effort, qu'on se moque du travail du professeur, c'est un mépris qui est ressenti très largement".

D'autres badges marqués des mots "La littérature c'est maintenant", rappelant le slogan "Le changement, c'est maintenant" du candidat socialiste, circulaient sur le Salon, où François Hollande devait passer une partie de l'après-midi.

"Je le fais par plaisir", a dit le prétendant PS à l'Elysée, interprétant comme le "signe d'une politique" l'absence de Nicolas Sarkozy porte de Versailles.

"La culture a été pendant ces cinq ans abandonnée, oubliée, et elle veut oublier cette période-là", a dit le candidat, qui devait prononcer en fin d'après-midi un discours sur la culture au Cirque d'hiver, en présence de nombreux artistes.

François Hollande a déjeuné avec Antoine Gallimard, président du Syndicat national de l'édition, et des écrivains -dont Emmanuel Carrère, Daniel Pennac et Alexis Jenni, prix Goncourt 2011- avec qui il a notamment évoqué l'avenir du livre, y compris dans sa version numérique.

Au sortir de ce rendez-vous, il a une nouvelle fois épinglé Nicolas Sarkozy et son "petit quinquennat".

"Il n'y a pas de grand quinquennat s'il n'y a pas de grand projet culturel. Il y a eu un petit projet culturel, ce qui revient à dire qu'il y a eu un petit quinquennat", a-t-il dit.

François Hollande a confirmé son intention de faire revenir de 7% à 5,5% la TVA sur le livre et d'apporter son soutien au maintien des librairies dans les centres-villes.

Avant de partir, le candidat socialiste a dédicacé son dernier livre, "Changer de destin" au stand Robert Laffont.

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 le dimanche 18 mar 2012 à 15:56

    http://24heuresactu.com/2012/03/09/hollande-avoue-quil-est-paye-a-ne-rien-faire-video-scandale/