François Hollande fustige une hausse de TVA "inutile"

le
43
FRANÇOIS HOLLANDE JUGE "INUTILE" LA HAUSSE DE TVA ANNONCÉE PAR NICOLAS SARKOZY
FRANÇOIS HOLLANDE JUGE "INUTILE" LA HAUSSE DE TVA ANNONCÉE PAR NICOLAS SARKOZY

par Elizabeth Pineau

BREST, Finistère (Reuters) - François Hollande a répliqué lundi à la prestation télévisée de Nicolas Sarkozy en fustigeant la décision "inopportune, injuste, infondée et improvisée" de relever le taux de TVA en France.

Au président de la République qui l'a pris dimanche soir pour cible à plusieurs reprises, sans le nommer, lui reprochant de vouloir vendre "des rêves à bon marché", le candidat socialiste à l'élection présidentielle a demandé de ne pas confondre courage et impopularité.

Réagissant à ces attaques, au terme d'une visite dans le Finistère sur le thème de la défense, François Hollande a d'abord dénoncé la décision présidentielle de faire passer de 19,6% à 21,2% le taux "normal" de TVA le 1er octobre pour favoriser l'emploi.

"Je la considère comme inopportune, injuste, infondée et improvisée, ça fait beaucoup", a dit François Hollande lors d'une conférence de presse à Brest. "Et c'est pourquoi, si les électeurs en décident et si demain je suis appelé aux responsabilités du pays et si d'aventure le dispositif avait été adopté, je demanderai au Parlement de l'annuler".

Le député de Corrèze juge "inopportun" de relever ce taux alors que le gouvernement vient d'abaisser de 1% à 0,5% sa prévision de croissance pour 2012 - 0,5% étant la base prise par le candidat socialiste pour élaborer son programme.

A ses yeux, "ce n'est pas en baissant de quelques points les cotisations patronales sur toutes les entreprises qu'il y aura quelque progrès que ce soit sur notre commerce extérieur".

François Hollande a jugé d'une manière générale trop tardif le train de mesures annoncé par le chef de l'Etat. "Chacun se déclare quand il le veut mais moi je le fais avec le souci de dire tout aux Français", a-t-il souligné.

VISITE AU "TRIOMPHANT"

"Ceux qui ont un bilan doivent le présenter et ne pas faire croire que ce sont des annonces de dernière heure qui vaudront remplacement de leur bilan. L'action est jugée sur l'ensemble de la durée, pas sur le dernier mois ni même sur le dernier jour", a-t-il dit.

Alors que l'UMP commence à faire campagne sur le thème du courage en attendant l'entrée en lice officielle de Nicolas Sarkozy, François Hollande a conseillé à ce dernier de ne pas confondre courage et impopularité.

"En fin de mandat, l'impopularité ne révèle pas le courage", a-t-il dit. "En fin de mandat, elle révèle la défiance des Français à l'égard de ceux qui les dirigent. Il est périlleux de vouloir transformer l'impopularité en courage".

François Hollande a aussi répondu aux accusations d'"arrogance" liée à sa place de leader dans les sondages.

"J'ai été qualifié de beaucoup d'adjectifs depuis un certain nombre de mois", a-t-il noté à propos de ce "nouveau vocabulaire, élaboré semble-t-il en haut lieu".

"Ce qui compte ce n'est pas le jugement de Nicolas Sarkozy ou d'autres", a-t-il ajouté. "C'est le jugement des Français. C'est eux qui vont avoir la parole, c'est à eux de savoir qui est arrogant et qui ne l'est pas, qui est efficace et qui ne l'est pas, qui est sincère et qui ne l'est pas, qui est courageux et qui ne l'est pas".

François Hollande a visité dans la matinée la base de l'île Longue, au large de Brest, qui abrite la base des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. Il a visité l'un de ces bâtiments ultra-secrets.

"Si je vous donne le nom, vous allez croire que je tombe sous le reproche de mes concurrents: il s'appelle 'le Triomphant' ! Je n'ai pas pu trouver le modeste", a-t-il plaisanté. "J'aurais même pu être sur le Redoutable !"

Bernard Poignant, maire de Quimper, soutien du premier jour, s'est quant à lui voulu prudent.

"François Hollande est dans une situation agréable, mais il n'a jamais été ni découragé ni euphorisé par un sondage. S'il avait suivi les sondages il y a trois ans, jamais il n'aurait commencé son parcours... ", a-t-il dit à Reuters.

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manta92 le lundi 30 jan 2012 à 22:22

    Mr Hollande croit-il vraiment que ses mesures puissent sortir la France de la crise mondiale dans laquelle nous sommes en engageant juste le contraire de ce qui doit être fait pour le bien du pays ??

  • baljo le lundi 30 jan 2012 à 22:12

    oui stabilité. On ne prend pas des mesures pareilles avant d'être réélu. il avait 5 ans pour le faire Sarko et il veut le mettre en route maintenant?L'agité de l’Élysée perd les pédales.

  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 21:36

    on ne veut pas de subventions ni d'aides, on demande de la STABILITE et des MESURES PERENNES au-delà d'un simple changement de majorité ! moralité : on n'embauche plus.

  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 21:35

    ..toute sa vie en payant des impôts jusqu'à plus soif, on en a marre, des immigrés aux allocs-braguette, des employés fainéants qui vous prennent pour un c.on et s'imaginent que vous ne les avez pas démasqués, d'un Etat qui ne cesse de vous prendre pour une "vache à lait" sans la moindre stabilité dans les mesures etc...

  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 21:27

    @CDECHAMB : je n'aime pas, mais alors pas du tout cette connotation facile "riches" et "pauvres", ça sent sa lutte des classes et on en crève en France. Si je devais transposer votre discours qui me sur prend dans la bouche d'un retraité, moi, je parlerais plutôt d'entreprenants et de bras cassés, de courageux et de fainéants, de payeurs et d'assistés. Je sais, celà peu vous paraître réducteur mais, désolé, quand on voit comment est géré (et indemnisé) le chômage en France et qu'on a bossé ...

  • CDECHAMB le lundi 30 jan 2012 à 19:33

    @chatnour Ce n'est pas parce que je suis retraité que je n'ai pas de coeur et je suis écoeuré de voir que le fossé qui sépare les riches des pauvres devenir de plus en plus important! Les riches de plus en plus riches et les pauvres dans la rue !

  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 19:14

    @dcouplet : moi, je me suis (bêtement, j'en conviens) fâché avec un de mes neveux machiniste à la RATP pendant les grandes grèves de 1995 pour la même raison. A votre place, je pense que je serais fâché depuis longtemps même si à leur décharge, ce n'est pas eux qu'il faut mettre en cause à titre principal mais un système dont ils ne sont pas responsables.

  • dcouplet le lundi 30 jan 2012 à 18:24

    Sur mon exemple actuel : - ma soeur a été en pré retraite à 42 ans (3 enfants 15 années) - le beau frère à Edf est à la retraite à 55 ans - mon autre beau frère à la SNCF va l'être à 50 ans - de mon coté, je vais travailler jusqu'à 62 ans et j'aurai cotisé 44 ans - ma belle soeur va travailler également jusqu'à 62 ans en tant qu'ouvrière d'usine avec trois enfantsPourquoi a t on accepté de telles distorsions ?

  • M4841131 le lundi 30 jan 2012 à 18:18

    novembre 2011 Sapin (PS) : "nous remettrons en cause la réforme" de l'ISF Par ailleurs, le PS propose "régulièrement depuis des années" d'inclure les oeuvres d'art dans l'ISF, a assuré M. Sapin. "Si l'on élargit suffisammment l'assiette de l'ISF, les taux n'auront pas besoin d'être trop élevés et il n'y aura pas d'inconvénient grave à ce que les oeuvres d'art soient imposées". on en est ou mr sapin, j'ai pas entendu çà dans votre programme, pipo comme dab

  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 18:12

    @CDECHAMB : ah oui, certainement et toutes excuses mais vous ne tenez pas des propos de retraité (surtout qu'avec 48 années de travail, ça ne ressemble pas à une durée de salarié) !