François Hollande fait du 8 mai un plaidoyer pour l'Europe

le
1
FRANÇOIS HOLLANDE FAIT DU 8 MAI UN PLAIDOYER POUR L'EUROPE
FRANÇOIS HOLLANDE FAIT DU 8 MAI UN PLAIDOYER POUR L'EUROPE

PARIS (Reuters) - A un peu plus de deux semaines des élections européennes du 25 mai, François Hollande a appelé jeudi les Français à se battre pour l'Europe, garante selon lui de la paix, alors qu'un conflit menace en Ukraine.

Le chef de l'Etat a lancé, à l'occasion du soixante-neuvième anniversaire de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie, qui a marqué la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, un plaidoyer en faveur d'une Union "du progrès".

"L'Europe, c'est la paix (...) à la veille d'élections, il faut rappeler cette vérité et cette évidence (...) sortir de l'Europe c'est sortir de l'Histoire", a-t-il déclaré sur France 2, à la veille d'un déplacement en Allemagne, dans le fief électoral de la chancelière Angela Merkel.

"Battez-vous encore pour l'Europe, changez-la, réorientez-la, mais gardez-la", a-t-il ajouté.

Dans une tribune publiée jeudi dans Le Monde, le président de la République appelle de ses voeux une Europe capable de préserver la paix, de combattre le chômage, de protéger ses frontières et d'engager la transition énergétique.

L'Union est "menacée" car elle "déçoit", dit-il, "conscient que l'Europe doit aller beaucoup plus loin pour retrouver la confiance" de concitoyens tentés par le nationalisme et le "piège" d'une sortie de l'euro, synonyme selon lui "d'austérité implacable" menant au "déclin national".

CÉRÉMONIE ENDEUILLÉE PAR LA MORT D'UN SOLDAT AU MALI

Pour François Hollande, les commémorations du 8 mai 1945, les premières pour le nouveau couple exécutif, sont une occasion de tirer des leçons pour l'avenir.

"Le passé n'est pas une habitude, le passé c'est un message, c'est un regard que nous devons porter, (...) sur ceux qui se sont sacrifiés pour nous, mais (aussi) sur ce qu'ils nous ont légué", a-t-il dit sur France 2, soulignant les défis qui se posent à l'Europe en Ukraine, au Nigeria, en République centrafricaine ou encore en Syrie.

Un message à la résonance particulière, puisque les commémorations étaient endeuillées par la mort, dans la nuit de mercredi à jeudi, d'un soldat français au Mali, le huitième depuis le début de l'opération Serval, en janvier 2013, le premier depuis l'été dernier.

"Nous pensons justement, en cette journée du 8 mai, à tous ceux qui sont morts pour la France", a dit François Hollande.

Après avoir déposé une gerbe au pied de la statue du général de Gaulle, ravivé la flamme auprès de la tombe du soldat inconnu et salué des anciens combattants, François Hollande a discuté avec plusieurs personnes venues assister aux cérémonies.

L'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, son successeur, Manuel Valls, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, étaient parmi les officiels présents.

La France célébrera le 6 juin le soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie, en présence du président russe Vladimir Poutine, ouvrant la voie à un "cycle fort" de commémorations, comme l'a souligné Jean-Yves Le Drian.

(Chine Labbé et Elizabeth Pineau, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1639393 le jeudi 8 mai 2014 à 15:56

    les Francais ont déjà dit non à l'Europe et le rediront avec Force aux élections - Comme de nombreux pays européens - L'Europe c'est une dictature et des institutions corrompues par l'argent des super-riches - reprise de notre souveraineté, retour au Franc et contrôle de nos frontières - le tout sans racisme s'il vous plait