François Hollande et Sigmar Gabriel le 17 mars 2012 à Paris

le
0

Le candidat PS à l'Elysée François Hollande a reçu vendredi à Paris quelques leaders sociaux-démocrates européens dont le président du SPD allemand, Sigmar Gabriel, et le chef du Parti démocrate italien, Pier Luigi Bersani, l'occasion de répéter sa volonté de renégocier le traité européen de discipline budgétaire."L'élection présidentielle va avoir nécessairement une influence en Europe, parce que nous sommes la France, et que nous sommes dans une crise européenne qui n'est pas terminée et parce que j'ai décidé aussi de renégocier le traité qui a été signé, pour le compléter, l'améliorer et lui donner une dimension de croissance", a répété François Hollande, à son arrivée à la questure en compagnie de M. Gabriel et du président du Parlement européen, l'Allemand Martin Schulz."Jamais depuis de nombreuses années une élection en France n'aura eu autant d'importance pour l'Europe, pour l'Italie, l'Espagne, mais aussi pour l'Allemagne", a-t-il dit, se félicitant d'avoir "le soutien des forces progressistes".L'ancien chef du gouvernement italien Massimo d'Alema participait à cette rencontre, de même que les ex-Premiers ministres Lionel Jospin et Laurent Fabius.M. Hollande poursuivra cette rencontre avec les socialistes européens lors d'une rencontre samedi matin au cirque d'Hiver à Paris."Le PS et François Hollande nous donnent de nouvelles perspectives pour une Europe plus sociale, plus juste", a jugé M. Gabriel, qui incarne l'aile gauche du SPD. M. Hollande s'était rendu au congrès du SPD début décembre à Berlin, abordant notamment la question du rôle de la Banque centrale européenne (BCE). "La BCE prête aux banques mais pas aux Etats. Nous aurons à en discuter. Là, c'est une ligne rouge pour les Allemands", a-t-il convenu jeudi soir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant