François Hollande et la déchéance : comme un boomerang...

le
1
François Hollande abandonne la révision constitutionnelle. A-t-il pour autant déjà perdu la prochaine élection présidentielle ?
François Hollande abandonne la révision constitutionnelle. A-t-il pour autant déjà perdu la prochaine élection présidentielle ?

Nous sommes le 16 juillet 2015 et François Hollande devise devant nous des thèmes qui feront, selon lui, la campagne présidentielle. La matinée est ensoleillée et le président de la République se projette, installé dans son bureau au premier étage de l'Élysée. « On voit bien qu'il y a des sujets qui s'installent, comme le terrorisme, la question de l'immigration, le vivre-ensemble, la religion, l'islam...  On voit bien comment la droite et l'extrême droite essaient d'utiliser les inquiétudes réelles des Français pour en faire des sujets de la présidentielle », raconte François Hollande.

Les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et l'Hyper Cacher ont frappé la France six mois plus tôt et le chef de l'État sait l'aspect inéluctable de ces débats. « On ne peut pas les éviter, mais on peut les dépasser. Si on est, sur ces sujets-là, dans une surenchère avec la droite, c'est comme dire : Bon, finalement, l'extrême droite et la droite ont raison. Il faut que l'on montre que la lutte contre le terrorisme n'est pas un sujet de division, surtout lorsque la droite cherche à nous emmener sur un terrain qui n'est pas le nôtre », poursuit-il.

Et c'est là, précisément, que François Hollande se met à lister, lors de cet entretien qu'il nous accorde pour notre livre en préparation sur la fin de son quinquennat *, les idées qu'il refuse de faire siennes : « La déchéance de nationalité, ou...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Illustration par cet exemple du proverbe populaire : quand on est kh on est kh !!!!!!