François Hollande en équilibriste entre Jérusalem et Ramallah

le
14
FRANÇOIS HOLLANDE EN ÉQUILIBRISTE ENTRE JÉRUSALEM ET RAMALLAH
FRANÇOIS HOLLANDE EN ÉQUILIBRISTE ENTRE JÉRUSALEM ET RAMALLAH

par Elizabeth Pineau

JERUSALEM/RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - François Hollande a défendu lundi une position d'équilibre dans le conflit au Proche-Orient, invitant les Palestiniens à "faire des gestes" pour permettre un accord de paix avec Israël, sommé pour sa part de cesser toute colonisation.

Le chef de l'Etat français a passé une partie de la journée à Ramallah, étape palestinienne de son voyage au Proche-Orient, où il s'est dit soucieux d'être "utile à la paix" sans "vouloir faire plus pour les uns ou pour les autres".

Dans un discours à la Knesset en fin d'après-midi, il s'est placé dans les pas de ses prédécesseurs, affirmant qu'un "statu quo n'est pas tenable" sauf à être source de "ressentiment", de "rancune" et de "haine".

Trente et un ans après François Mitterrand, il a défendu la solution d'un "règlement négocié pour que l'Etat d'Israël et l'Etat de Palestine ayant tous deux Jérusalem pour capitale puissent coexister en paix et en sécurité". Une solution qui permette d'"en terminer avec toutes les revendications".

"L'Etat palestinien devra être construit sur des bases solides. Il devra être viable. C'est pourquoi la colonisation doit cesser car elle compromet la solution des deux Etats", a-t-il demandé, déclenchant les applaudissements d'une partie de la salle.

"GESTES"

François Hollande a reconnu dans le même temps les efforts consentis côté israélien, comme la libération de prisonniers, et rappelé sa position de fermeté vis-à-vis de l'Iran voisin, que "la France ne laissera pas se doter de l'arme nucléaire".

A Ramallah, François Hollande a proclamé son amitié au peuple palestinien tout en réclamant des "gestes" dont il n'a pas précisé la teneur.

"Nous sommes à vos côtés et en même temps nous sommes conscients que c'est dans ces derniers moments que tout peut se bloquer", a-t-il dit devant la presse aux côtés du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Il faut faire les gestes, toujours les gestes, parce que c'est le dernier geste qui va compter", a-t-il poursuivi, à l'heure où la relance du processus de paix est fragilisée par la récente démission de la délégation palestinienne aux négociations, faute de progrès constatés.

Il a aussi évoqué des "frontières sûres" sur la base de celles de 1967 et la possibilité d'un échange de territoires et de mécanismes de compensation.

Israël exige notamment la reconnaissance par les Palestiniens de son caractère juif, ce qui empêcherait le retour des personnes expulsées en 1948 lors de la création de l'Etat hébreu, geste auquel se refusent les négociateurs palestiniens à ce stade des négociations.

NETANYAHU INVITE ABBAS À LA KNESSET

A la Knesset, Benjamin Netanyahu a pris le ton du défi en invitant Mahmoud Abbas à venir à la Knesset reconnaître l'Etat d'Israël.

"Je lui lance un appel: brisons la glace, venez à la Knesset, je viendrai à Ramallah. Venez à cette tribune et reconnaissez la vérité historique", a lancé le Premier ministre, insistant sur la présence multimillénaire du peuple juif en terre d'Israël.

Tzipi Livni, la négociatrice en chef côté israélien, a déclaré lundi à la radio israélienne que son homologue palestinien était "de retour aux affaires" et que les négociations, interrompues depuis une semaine, allaient reprendre.

Les Palestiniens veulent établir un Etat en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Ils craignent que la colonisation israélienne les empêche de créer un Etat viable. Plus de 500.000 Israéliens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est aux côtés de 2,5 millions de Palestiniens.

François Hollande a proposé l'organisation l'an prochain d'une conférence de donateurs pour les Palestiniens après celle de 2007 à Paris. Plusieurs accords ont été signés lundi, portant notamment sur la formation de fonctionnaires et la construction d'un lycée français à Ramallah.

Interrogé sur l'équilibre de son soutien aux parties israélienne et palestinienne, le président français a répondu ne pas chercher "un équilibre, une espèce de parallélisme des forces", mais les moyens d'"être utile à la paix".

Mahmoud Abbas s'est déclaré pour sa part "rassuré par son hôte, dont le propos lui a paru "équilibré, sage et juste".

Un diplomate français a jugé réussi ce premier voyage du président français au Proche-Orient, constatant que "la chaleur est là".

"On est un des seuls pays à avoir des relations d'amitié à la fois avec les Israéliens et les Palestiniens, ce qui nous donne la capacité de dire des choses", a-t-il considéré.

Avec Crispian Balmer, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dsta le lundi 18 nov 2013 à 22:08

    Il va bien réussir à nous provoquer un nouveau conflit, là bas, Le gros mou !

  • baljo le lundi 18 nov 2013 à 21:29

    M7940311 vous n'êtes pas dogmatique n'est-ce pas ?

  • M169421 le lundi 18 nov 2013 à 21:28

    Il peut demander ce qu'il veut, personne ne l'écoute. Aucun poids aujourd'hui. Il est la risée au niveau mondial et ne le sait toujours pas? Il suffit de chercher une miette sur le web et d'écouter ce que disent les journaux étrangers.MDR.L'hégémonie, la grandeur de la France n'est plus mr le président!lol

  • M7940311 le lundi 18 nov 2013 à 21:18

    Bon titre ! Jérusalem, capitale d'Israel. Ramallah, capitale des palestiniens.

  • baljo le lundi 18 nov 2013 à 21:14

    3592458 une légende urbaine de plus!

  • 35924358 le lundi 18 nov 2013 à 17:44

    rusti13 : vous voulez boycotter l'unique démocratie du Proche Orient, Israel ? Ok. Commencez pas jeter vos MP4 et ne prenez plus jamais de médicaments génériques. Surtout, ne tombez jamais malade ! N'utilisez plus Google et ses fonctionnalités... Bref, revenez à l'âge de pierre !

  • M1178616 le lundi 18 nov 2013 à 16:01

    NOUS LES FRANCAIS NOUS LUI DEMANDONS UN GESTE : SA DEMISSION A DEFAUT DE VOULOIR CHANGER DE POLITIQUE.

  • NORDGHAZ le lundi 18 nov 2013 à 15:59

    il a de l'humour, c'est quand ceux qui subissent broient du noir. les francais ont de la memoire. je lui souhaite d'avoir le meme après les elections municipales et europeennes quand son camp sera dévasté et pire encore si ceux qu'il a contribué à porter viennent à gouverner...

  • BIS78 le lundi 18 nov 2013 à 15:49

    MRD IL SE PRENDS POUR QUI ?IL FOUT LA PAGAILLE EN FRANCE ET IL VEUT L ' EXPORTER ?G CROIS QU'IL DECOUVRE LE PBM ( de gaza et ailleurs )BLAIRO TOUT MOU / profite de notre blé le temps est compté

  • M4960905 le lundi 18 nov 2013 à 15:38

    FH est grand conseiller en gestes, mais quid des actes...