François Hollande : en attendant la croissance...

le
2
Pour la rentrée gouvernementale, le chef de l'État a accordé une interview à la presse régionale. 
Pour la rentrée gouvernementale, le chef de l'État a accordé une interview à la presse régionale. 

Les annonces de Hollande dans plusieurs quotidiens régionaux laissent les éditorialistes sceptiques. « Englué dans l'impopularité », le président ne peut plus se contenter de promesses, il devra cette fois « tenir ses engagements » et cesser de pratiquer « l'art de l'esquive », assènent-ils jeudi. Ainsi de Philippe Marcacci  : « François Hollande prend un engagement. S'il y a croissance, la baisse de l'impôt sur le revenu des ménages démarrée en 2014 se poursuivra. Il paraît que, avec des si, l'on pourrait mettre Paris en bouteille et, plus d'une fois, le budget en carafe », ironise-t-il dans L'Est républicain. Car « en ces temps difficiles, la marge de manoeuvre est mince », souligne-t-il.

« Si ce n'est pas une déclaration de candidature, ça y ressemble fort ! » s'exclame, quant à lui, Le Parisien dans ses pages intérieures. « Le chiffre-choc de 0 % de croissance au deuxième trimestre 2015 et les signaux négatifs venant notamment de Chine laisseront certains sceptiques sur cet engagement », estime le journal. Décryptant le discours présidentiel, Le Parisien juge que le chef de l'État cherche à la fois à « contenter le Medef [et] l'aile gauche du PS » selon un « art de la synthèse » que ses détracteurs qualifient de mollesse.

Or, dans La Presse de la Manche, Jean Levallois prévient : « Cette rentrée est celle où l'art de l'esquive ne sera sans doute plus permis. » Tandis que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 20 aout 2015 à 10:34

    En attendant Godot, jamais pièce de théâtre ne fut mieux adaptée à FH.....

  • M8252219 le jeudi 20 aout 2015 à 09:20

    PROMESSES PROMESSES TOUJOURS DES PROMESSES 600.000 chômeurs de plus depuis qu'il est président la dette française à plus de 2000 milliards, tous les ans c'est entre 50 et 100 milliards de déficit supplémentaires, toujours autant de députés et toujours plus de fonctionnaires,l'inégalité entre les citoyens augmente continuellement.