François Hollande en Afrique pour "écrire une nouvelle page"

le
1
PREMIÈRE VISITE DE FRANÇOIS HOLLANDE EN AFRIQUE
PREMIÈRE VISITE DE FRANÇOIS HOLLANDE EN AFRIQUE

PARIS (Reuters) - La première visite en Afrique de François Hollande sera pour lui l'occasion d'écrire une "nouvelle page" des relations de la France avec ce continent, a déclaré jeudi le président français.

Le chef de l'Etat, qui s'envole vendredi pour Dakar et sera samedi à Kinshasa, où il assistera au sommet de la Francophonie, a laissé entendre qu'il voudrait marquer une rupture avec la politique africaine de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

"Les temps ont changé", a dit François Hollande dans une interview accordée à France 24, RFI et TV5 Monde.

"La France est maintenant à la fois désireuse de respecter ses interlocuteurs et en même temps de leur dire la vérité", a-t-il ajouté. "C'est une nouvelle politique qui est en train de se définir. Nous avons du respect, nous avons de la considération, mais en même temps on se dit les choses."

Le discours que François Hollande doit prononcer vendredi à Dakar sera analysé comme une réplique à celui, controversé, délivré par Nicolas Sarkozy dans la capitale sénégalaise en juillet 2007.

"L'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire", avait-il déclaré, provoquant une polémique sur le regard porté par la France sur le continent et ses anciennes colonies.

"UNE NOUVELLE POLITIQUE"

"Je ne viens pas faire un discours pour effacer un précédent, je viens prononcer un discours pour écrire avec l'Afrique une nouvelle page", a dit jeudi François Hollande.

"La nouvelle page, c'est de voir l'Afrique comme un continent d'avenir".

François Hollande a plaidé pour "une nouvelle politique, respectueuse, transparente", en rupture avec la "Françafrique", système ayant pour but de favoriser, en s'appuyant sur des réseaux, les relations économiques de la France avec ses anciennes colonies africaines.

"Vous parlez de Françafrique, il y aura la France, il y aura l'Afrique", a dit le chef de l'Etat.

François Hollande profitera également de son séjour africain pour défendre le projet de résolution présenté par la France aux Nations unies afin de permettre une intervention militaire africaine au Mali, où des islamistes radicaux contrôlent les deux tiers du pays.

"Je pense qu'au Conseil de sécurité, il y aura une volonté de mettre en place cette force d'intervention mais, je vais être très clair, c'est aux Africains d'en décider", a dit jeudi François Hollande.

La France, a répété le chef de l'Etat, n'enverra pas de troupes au Mali mais elle est disposée à fournir à l'intervention africaine un appui logistique.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 13win le jeudi 11 oct 2012 à 20:28

    Nouvelle page ,on remet les compteurs a zéro.