François Hollande déjà plongé dans le bain présidentiel

le
0
François Hollande déjà plongé dans le bain présidentiel
François Hollande déjà plongé dans le bain présidentiel

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Après la dense semaine de transition qui a suivi sa victoire électorale, François Hollande sera plongé dès mardi dans le bain présidentiel avec la nomination d'un gouvernement et des visites à l'étranger dont une, délicate, chez Angela Merkel à Berlin.

Le président élu ne s'est accordé aucun répit depuis son élection, allant chaque matin, samedi compris, travailler dans son bureau installé dans ses anciens locaux de campagne de l'avenue de Ségur, à Paris.

La passation de pouvoirs mardi entre Nicolas Sarkozy et le deuxième président socialiste de la Ve République devrait être "très simple", "très codifiée", "sans dimension privée", dit-on dans l'entourage de François Hollande.

Le nouveau Premier ministre - poste pour lequel le nom du député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault part favori, loin devant la première secrétaire du PS Martine Aubry et le député Manuel Valls - devrait être dévoilé peu après l'investiture du président, de même que celui du secrétaire général de l'Elysée.

François Hollande a confié vendredi à des journalistes en Corrèze qu'il avait déjà choisi le prochain locataire de Matignon, qu'il n'avait pas encore prévenu.

Il faudra attendre mercredi pour connaître la composition du nouveau gouvernement que des proches du nouveau président annonçaient avant le week-end comme quasiment bouclée. Le premier conseil des ministres pourrait avoir lieu le jeudi de l'Ascension.

C'est donc sans ministre, mais avec son conseiller diplomatique Paul Jean-Ortiz que François Hollande s'envolera mardi après-midi vers Berlin pour un dîner de travail avec la chancelière Angela Merkel, qui avait refusé de le voir pendant la campagne, où elle soutenait Nicolas Sarkozy.

Au menu de cette première rencontre : la crise de la zone euro et les mesures pour stimuler la croissance dans une Europe presque entièrement plongée dans la récession - à l'exception notable de l'Allemagne.

La chancelière a de nouveau exprimé ces derniers jours son hostilité à l'idée de François Hollande de renégocier le traité de discipline budgétaire pour y introduire une dimension de croissance, sur fond de crise aiguë en Grèce.

"Cette semaine, elle a voulu faire monter autant qu'il est possible le niveau pour trouver après un compromis. Nous verrons bien mardi soir", dit-on dans l'entourage du président élu.

L'EUROPE EN HAUT DE L'AGENDA

Très présente dans la campagne, l'Europe a constitué l'essentiel des travaux de la première semaine de François Hollande, qui a rencontré les présidents du Conseil européen Herman Van Rompuy et de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker.

La composition du nouveau gouvernement est attendue mercredi en fin de journée. L'équipe, annoncée comme respectueuse de la diversité et de la parité hommes-femmes, devrait être organisée autour de 15 grands pôles thématiques.

La fin de semaine installera François Hollande aux côtés des grands de ce monde, à commencer par le président américain Barack Obama, qui le recevra vendredi à la Maison Blanche.

François Hollande participera dans la foulée au sommet du G8 de Camp David puis à celui de l'Otan à Chicago, où il confirmera sa volonté de retirer les troupes françaises d'Afghanistan d'ici fin 2012 - alors que les alliés se donnent deux ans de plus.

"François Hollande sera sans nul doute l'homme du sommet du G8 comme il sera celui du sommet de l'Otan", commente un diplomate français, selon lequel la transition entre les équipes arrivante et sortante se déroule "en parfaite coordination".

Elu dimanche avec 51,6% des voix, François Hollande a accompli ses premiers gestes de président mardi 8 mai place de l'Etoile, où l'avait invité Nicolas Sarkozy pour marquer ensemble le souvenir de la victoire sur l'Allemagne nazie.

Comme le président sortant, qui avait invoqué Guy Môquet le jour de son entrée à l'Elysée, François Hollande a salué la Résistance en rendant hommage, vendredi en Corrèze, aux 99 pendus de Tulle en 1944.

L'Histoire était aussi au rendez-vous jeudi, lors de la commémoration de l'abolition de l'esclavage dans les jardins du Luxembourg et à la Bibliothèque nationale de France, pour le 31e anniversaire de l'élection de François Mitterrand.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant