François Hollande convoque Jaurès pour défendre sa politique

le
5
FRANÇOIS HOLLANDE CONVOQUE JEAN JAURÈS POUR DÉFENDRE SA POLITIQUE
FRANÇOIS HOLLANDE CONVOQUE JEAN JAURÈS POUR DÉFENDRE SA POLITIQUE

PARIS (Reuters) - François Hollande en a appelé mercredi à Jean Jaurès, figure tutélaire du socialisme français, pour défendre une politique qui suscite impatience et interrogations dans son camp, une gauche sous le coup de sa déroute aux élections municipales.

Deux ans après le pèlerinage qu'il avait effectué à Carmaux (Tarn) en avril 2012, avant sa victoire à la présidentielle, le chef de l'Etat a remis ses pas dans ceux de ce fondateur d'un Parti socialiste français qu'il a lui-même dirigé.

L'ambiance, sur fond d'annonce d'un plan d'économies de 50 milliards d'euros contesté par une partie des élus socialistes, était cependant sensiblement plus tendue qu'il y a deux ans.

"Vous ne tenez pas vos promesses !" lui a ainsi lancé une habitante à l'entrée de la salle où il était attendu. "Pensez à nous, pensez à nous ! Jaurès, il ne parlait pas comme vous !"

Dans un long discours ponctué de citations du grand homme, François Hollande s'est efforcé de répondre aux "impatients", qu'il n'a dit "entendre" que pour mieux défendre les réductions de dépenses présentées auparavant en conseil des ministres et le "pacte de responsabilité" proposé aux entreprises.

"Nous affrontons ce qu'il appelait les résistances du réel", a-t-il lancé. "Nous devons les vaincre, ne pas les ignorer et en même temps faire en sorte de pouvoir les dépasser."

"J'entends en ce moment-même les interrogations (...) y compris de mes propres amis", a-t-il poursuivi. "A ceux-là (...) je réponds tout simplement (...) : j'ai été élu pour redresser la France (...) C'est parce que c'est difficile que nous devons montrer de la cohérence, de la constance et de la volonté."

MISE EN GARDE CONTRE LES "ILLUSIONS"

Et de citer de nouveau Jaurès, qui s'efforçait d'enseigner "la patience de la réforme, la constance de l'action, la ténacité de l'effort" aux "empressés" et autres "dévots".

François Hollande a promis à ceux qui l'accusent d'oublier ses promesses de campagne et les idéaux socialistes de faire correspondre réel et idéal mais il a défendu d'un même souffle son choix d'une politique en faveur des entreprises.

"Si je revendique de rétablir la situation des entreprises pour qu'elles créent des emplois, c'est parce que cette action-là, elle est au service de tous", a-t-il dit.

"Que serait une action qui serait aussitôt annulée par le poids des dettes ?" a-t-il ajouté. "Que serait une politique sociale qui ne serait pas appuyée sur une économie solide ? Ce serait une illusion, ce serait un artifice, ce serait du sable."

Né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859, Jean Jaurès avait soutenu les grèves des mineurs de Carmaux en 1892. Elu député de Carmaux en 1893, battu en 1898, il a participé à la fondation du Parti socialiste français en 1902. Pacifiste, il s'est opposé au déclenchement de la Première Guerre mondiale, avant d'être assassiné à Paris le 31 juillet 1914.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le mercredi 23 avr 2014 à 19:27

    Jean Jaurès Elu député de Carmaux en 1893, battu en 1898===> tellement c'était un bon

  • gnapi le mercredi 23 avr 2014 à 18:59

    Effectivement, le PS d'aujourd'hui suis les tendances d'hier. Peut être ont-il appris de Jaurès ce qu'il dénonçait et trouvé que c'était fort utile pour maintenir un système dont ils profitent si bien.

  • gnapi le mercredi 23 avr 2014 à 18:57

    Il évoquait alors la propagande de certains quotidien sous couvert d'indépendance ainsi que l'usage d'agents provocateurs parmi les forces de l'ordre lors de certaines manifestations.

  • gnapi le mercredi 23 avr 2014 à 18:56

    A moins que cela ne soit celui qui s'insurgeait contre le deux poids-deux mesures avec, d'un côté, la censure de ceux qui n'étaient pas de la même idéologie ambiante ou la tolérance envers d'autres - tout aussi contestataires mais plus dans la ligne du "parti" en place.

  • gnapi le mercredi 23 avr 2014 à 18:52

    Jaurès ? l'admirateur de Robespierre ou celui qui faisait l'apologie du chef d'entreprise qui mouille sa chemise pour donner du travail - et donc du lien social - à ses employés ?

Partenaires Taux