François Hollande avoue vivre «douloureusement» la situation politique

le
4
François Hollande avoue vivre «douloureusement» la situation politique
François Hollande avoue vivre «douloureusement» la situation politique

D'aucuns emploieront la formule consacrée : François Hollande a fendu l'armure à la toute fin de sa conférence de presse, ce jeudi. A la faveur d'une question sur ce qu'il avait appris de lui-même ces deux dernières années, le chef de l'Etat s'est épanché, comme rarement, quelques minutes durant.

Celui qui s'était présenté aux Français drapé dans la «normalité», commence par reconnaître «que la fonction présidentielle est exceptionnelle» et «rencontre des circonstances exceptionnelles». Puis, dans un registre plus personnel : «Cela ne conduit pas à étouffer ses sentiments, à l'isolement, cela n'éteint pas des douleurs, cela n'empêche pas de regarder parfois douloureusement une réalité lorsqu'elle est politique, mais cela donne une expérience.»

Lui qui a souvent essuyé les procès en mollesse instruits par ses adversaires, s'attarde sur la dureté de la fonction. «C'est dur d'imposer à ses proches la vie ici, c'est dur d'être avec des collaborateurs, même avec un gouvernement, c'était dur pour moi aussi de me séparer de Jean-Marc Ayrault qui avait été un Premier ministre dévoué, c'est dur de faire un changement de gouvernement», énumère-t-il au terme d'une rentrée horribilis.

«Je suis président. Je ne suis pas candidat»

Mais, ajoute-t-il, «ce qui m'est apparu le plus nécessaire, c'est d'être dur avec moi-même». S'adressant aux quelque 330 journalistes massés dans la salle des fêtes de l'Elysée, il martèle : «Vous pensez que vous l'êtes quelque fois par rapport à moi.... Jamais autant que je le suis.» Peu avant, il s'était dit transformé par l'exercice du pouvoir : «Aujourd'hui, j'ai l'expérience qui permet d'affronter toutes les situations et de pouvoir être dur.»

Une version hollandaise du j'ai changé? Au plus bas dans les sondages, François Hollande a évacué toutes les questions sur 2017. Même s'il dit «espérer» que les résultats économiques arriveront avant cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le vendredi 19 sept 2014 à 11:00

    J'aimerais bien vivre aussi "douloureusement" avec son salaire et sa future retraite...Ironique jusqu'au boutisme...

  • s.thual le vendredi 19 sept 2014 à 00:00

    c est presque indecent de le voir se plaindre, surotu qu il n est pas dans la misere , c est lui qui l orchestre !qu il aille voir les sans dents et illettres les vrais pour qui c est du a vivre!

  • nayara10 le jeudi 18 sept 2014 à 22:37

    Si. Il souffre,la prison lui sera un grand suppôt ...!!!!!

  • LeRaleur le jeudi 18 sept 2014 à 22:06

    On va chialer.