François Hollande avait promis de ne pas taxer les clubs de foot

le
1
LE CANDIDAT HOLLANDE AVAIT PROMIS DE NE PAS TAXER LES CLUBS DE FOOT
LE CANDIDAT HOLLANDE AVAIT PROMIS DE NE PAS TAXER LES CLUBS DE FOOT

PARIS (Reuters) - François Hollande, alors candidat à l'élection présidentielle, avait promis le 31 janvier 2012 à des dirigeants de clubs de football professionnels qu'ils seraient exemptés de hausse d'impôts, selon un document vidéo diffusé mercredi par i>Télé.

Le chef de l'Etat a réaffirmé le 31 octobre dernier que les clubs de football seraient soumis à la taxe à 75% sur les hauts revenus - un prélèvement exceptionnel sur la tranche supérieure des revenus de plus d'un million d'euros par an versés en 2013 et 2014.

Les clubs de football français de Ligue 1 et Ligue 2 menacent en réaction d'une grève pour le week-end du 29 novembre.

Dans une brève vidéo réalisée durant la campagne présidentielle, lors d'une rencontre dans un hôtel parisien avec des représentants du football professionnel selon i>Télé, le candidat socialiste formule l'engagement de ne pas surtaxer les clubs.

"Je vous promets qu'il n'y aura pas d'augmentation d'impôts sur les clubs sportifs, c'est déjà un engagement", déclare-t-il.

Le président de l'Union des clubs professionnels de football (UCPF) a estimé sur i>Télé que François Hollande était désormais "prisonnier d'annonces un petit peu faites à l'emporte-pièce".

Cette vidéo, "ce n'est pas totalement une surprise", a commenté Jean-Pierre Louvel.

"D'ailleurs, je l'avais un petit peu évoqué auprès du président de la République, je lui avais rappelé ce qu'il avait dit effectivement le 31 janvier" à l'occasion de la rencontre du 31 octobre à l'Elysée, a-t-il poursuivi.

"C'était une promesse et j'ajouterai à cela qu'il avait bien différencié les clubs de football des autres entreprises. Ce qu'il ne fait plus aujourd'hui", a relevé Jean-Pierre Louvel.

"Ça veut dire que son analyse était bonne mais que ses diagnostic ou ses remèdes sont très mauvais", a-t-il jugé.

Les dirigeants du football professionnel sont "ouverts au dialogue", mais "pour dialoguer il faut être deux", a dit le président de l'UCPF.

Dans un entretien publié mercredi dans Le Figaro, le président de la Fédération française de football (FFF) estime "qu'il y a d'autres manières d'exprimer sa colère" que la grève.

"Ce n'est pas sérieux comparativement aux difficultés quotidiennes des Français. Comment voulez-vous qu'ils comprennent que le football fasse grève?", déclare Noël Le Graët.

"Je pense qu'il eût été plus adapté de dialoguer avant d'imposer un ultimatum au président de la République", ajoute-t-il.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Garasixt le mercredi 6 nov 2013 à 09:52

    Les clubs professionnels ne sont pas des clubs sportifs mais des sociétés de spectacle (Nicolas de Tavernost patron de M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux).

Partenaires Taux