François Hollande au "combat" promet le redressement en 2014

le
9
UNE PRÉVISION DE CROISSANCE AUTOUR DE 0,8% POUR LE BUDGET 2013
UNE PRÉVISION DE CROISSANCE AUTOUR DE 0,8% POUR LE BUDGET 2013

PARIS (Reuters) - François Hollande s'est efforcé dimanche de répondre aux critiques sur son manque de réactivité face à la crise en donnant rendez-vous aux Français en 2014, date à laquelle la France aura selon lui franchi une étape majeure vers son redressement après un tour de vis fiscal sans précédent en 2013.

Empruntant à la stratégie adoptée par l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder en 2002, le chef de l'Etat a indiqué que malgré une croissance plus faible que prévu en 2013, "sans doute 0,8%", la France tiendrait ses engagements budgétaires et procéderait à des réformes structurelles.

"L'agenda du redressement, c'est 2014", a-t-il souligné lors d'un entretien au journal de 20 heures de TF1, où il a détaillé une série de mesures fiscales, comme la taxe de 75% sur les revenus supérieurs à un million d'euros.

François Hollande a annoncé que l'effort de 30 milliards nécessaire au budget 2013 serait partagé en trois - 10 milliards d'économies, 10 milliards de prélèvements supplémentaires pour les grandes entreprises et 10 milliards pour les ménages aisés.

L'entretien, le premier de ce type depuis le 14 juillet, a eu lieu alors que commence lundi une session extraordinaire du Parlement pendant laquelle le plan pour le logement et la création des "emplois d'avenir" destinés aux jeunes sans qualification devraient être votés.

Le président n'a pas exclu l'idée d'une hausse de la Cotisation sociale généralisée (CSG) et évoqué des "prélèvements écologiques" afin de trouver des ressources "qui puissent se substituer aux prélèvements sur le travail".

La CSG est prélevée sur tous les revenus, y compris ceux provenant du patrimoine, contrairement à l'impôt sur le revenu.

"EN SITUATION DE COMBAT"

Alors que la barre des trois millions de chômeurs vient d'être franchie, le chef de l'Etat a donné aux partenaires sociaux jusqu'à la fin de l'année pour trouver un "compromis historique" sur la réforme du marché du travail. Sinon, a-t-il dit, "l'Etat prendra ses responsabilités".

Le sens de la réforme - les entreprises disposeraient plus de souplesse si elles font un effort en faveur de l'emploi - est celui en vigueur en Allemagne depuis 2002 dans l'"Agenda 2010".

Interrogé sur le style de sa présidence, François Hollande à tenu à affirmé qu'il serait en première ligne aux côtés de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, rompant avec le partage des rôles instauré au début de son mandat.

"Je suis en situation de combat", a-t-il dit.

Elu contre Nicolas Sarkozy avec 51,6% des voix il y a quatre mois, François Hollande a vu sa cote de popularité chuter après un été qui a donné l'impression d'une pause dans les réformes et une rentrée marquée par des tensions au sein du gouvernement.

François Hollande perd ainsi 14 points dans un sondage OpinionWay à paraître lundi dans Metro.

Le chef de l'Etat recueille 46% d'opinions favorables contre 40% d'opinions négatives (+9), tandis que l'action du Premier ministre est jugée favorablement à 46% et défavorablement à 33% (+8).

Elizabeth Pineau, Julien Ponthus et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le lundi 10 sept 2012 à 01:09

    FH au combat ... Vous l'imaginez avec un casque et un Famas ? La comparaison avec Schröder me semble particulièrement grossière. Il n'en a retenu que les hausses d'impôts. Pour le reste, c'est le néant abyssal. Comme dans tout cela, il ne prévoit surtout aucune économie de fonctionnement de l'Etat, il sera dans le mur de la dette d'ici 6-18 mois, avec une situation "à la grecque" et il sera obligé de se soumettre ...

  • chatnour le lundi 10 sept 2012 à 00:48

    Pauvre baljo, j'imagine à quel point vous devez vous sentir mal à l'aise ! Cocu, c'est jamais une situation enviable ! Surtout quand on a été tellement prévenu avant ! Et ce n'est pourtant pas faute de vous avoir averti ! Déjà, avant même l'élection de votre pantin, je vous avais alerté sur le fait que ce guignol ne tiendrait pas la distance ! Curieusement, avez-vous remarqué comme de plus en plus de voix augurent la même chose ? Et pourtant, nous n'étions pas nombreux alors !

  • baljo le dimanche 9 sept 2012 à 23:36

    oui chatnour on vous croit, gentil là!

  • chatnour le dimanche 9 sept 2012 à 23:32

    Ne promets rien, c......d, et passe-moi Boudoni ! françois Démagopoulos, armateur de pédalos, tu seras le premier à passer sur la veuve patibulaire ! Et pourquoi pas 5 ans pendant que tu y es, c......d ? Nous, on ne va pas te les donner ! Certes, dans 6 mois dans le mur, dans un an en Haute Cour et le temps des recours, couic dans deux ans, c'est bien calculé !

  • Georg47 le dimanche 9 sept 2012 à 22:58

    Ok avec Chatnour et, peut-être, que fin Octobre/mi-Novembre la rue, si chère aux gauchos, s'invitera aux débats....

  • chatnour le dimanche 9 sept 2012 à 22:35

    Non, non, @baljo, ne vous en déplaise, mais on aura l'occasion d'en reparler ! , Ne vous méprenez pas, il n'aura pas les deux ans qu'il "se donne", quoi que vous puissiez en penser !

  • baljo le dimanche 9 sept 2012 à 21:21

    chatnour en délirium

  • chatnour le dimanche 9 sept 2012 à 21:20

    Non, il se donne deux ans de survie mais le peuple ne les lui donnera pas ! il sera gui.llotiné avant !

  • cavalair le dimanche 9 sept 2012 à 21:17

    Genial, dans deux ans il fou le camp

Partenaires Taux