François Hollande annonce un nouveau Plan cancer pour 2014

le
0
LE NOUVEAU PLAN CANCER 2014-2018 SERA CIBLÉ SUR LA PRÉVENTION ET LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS
LE NOUVEAU PLAN CANCER 2014-2018 SERA CIBLÉ SUR LA PRÉVENTION ET LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS

PARIS (Reuters) - François Hollande a annoncé mardi le lancement d'un nouveau Plan cancer 2014-2018 ciblé sur la prévention et la lutte contre les inégalités liées à cette maladie, première cause de mortalité en France mais dont le taux de guérison atteint 45%.

Selon des chiffres cités par le président, 350.000 cas de cancer sont signalés par an, soit près d'un millier par jour, touchant cinq millions de familles. Environ 500 personnes décèdent quotidiennement des suites de ce mal.

"Le cancer c'est l'inquiétude, l'incertitude, la solitude mais c'est aussi l'espoir", a déclaré le chef de l'Etat à la cité universitaire de Paris, où se tiennent les rencontres annuelles de l'Institut national de lutte contre le cancer.

Face à "l'un des plus grands enjeux de santé publique pour notre pays", François Hollande a annoncé le lancement d'un troisième Plan cancer dans le prolongement de ceux décidés depuis le début des années 2000 (2004-2008 et 2008-2013).

Sa préparation sera confiée au professeur Jean-Paul Vernant, sous la houlette des ministères des Affaires sociales et de la Recherche.

Première cible de ce plan, la prévention, notamment sur le tabac et l'alcool à destination des jeunes. Le dépistage, des cancers du sein et du colon en particulier, sera encouragé.

"Les campagnes seront renforcées et concerneront toutes les catégories sociales et tous les territoires", a dit François Hollande.

"Le Plan cancer sera un plan de lutte contre les inégalités", a poursuivi le président, rappelant que le risque de mourir d'un cancer entre 30 et 65 ans est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les professions libérales.

La recherche sera aidée via le séquençage à haut débit permettant un diagnostic et un traitement personnalisés. Un rapprochement des structures de soins et de recherche est aussi prévu.

En ce qui concerne la prise en charge des malades, le président a évoqué l'encouragement des soins à domicile, plutôt qu'à hôpital, et le rôle du médecin généraliste.

"Le soutien, le dialogue indispensable avec l'entourage, tout cela fait partie de la vocation du médecin de famille, du médecin traitant", a-t-il dit, insistant sur la formation des étudiants en médecine sur ce point.

François Hollande a, enfin, annoncé le lancement par le ministère du Travail d'une campagne en faveur de "la reprise d'une activité pour les salariés, qu'ils soient malades ou guéris".

Il a également prêté attention aux demandes des associations qui évoquent le besoin d'accès pour les personnes touchées à des prêts bancaires et des assurances-vie.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant