François Hollande accueilli par des manifestations en Haïti

le , mis à jour à 21:58
2
François Hollande accueilli par des manifestations en Haïti
François Hollande accueilli par des manifestations en Haïti

« Routes barrées, forces de sécurité omniprésentes, manifestations: pour la première visite officielle d'un président français en Haïti (hormis le passage éclair de Nicolas Sarkozy en 2010 deux jours seulement après le tremblement de terre), François Hollande a reçu un accueil mitigé à Port-au-Prince, la capitale, ultime étape du périple du chef de l'Etat dans les Caraibes où il aura parcouru six ils en cinq jours.

Pour sa venue, point d'accueil populaire. Policiers et gendarmes lourdement armés et casqués tiennent la foule à distance du Champs de Mars l'imposante place du centre de ville où François Hollande est accompagné du président haïtien Michel Joseph Martelly une ancienne star locale de la chanson. Parfois même à coups de bâtons...

Les 1000 invités de la tribune officielle ont été tirés sur le volet. Et Joseph Odelin, étudiant n'en fait pas partie. «J'aurais bien aime assisté au discours du président français», regrette le jeune homme. En espérant que François Hollande prononce un mot: restitution. «La France a mis Haiti en esclavage, elle doit désormais réparé sa dette», avance t-il. En espèces sonnantes et trébuchantes pour un pays les plus pauvres du monde qui a, en plus, été victime d'un séisme meurtrie le 12 janvier 2010. Bilan: 230 000 morts. Port au prince en porte d'ailleurs encore les stigmates. Détruit, le palais présidentiel est un assemblage de préfabriqués. La ville est partout en travaux.

«Dehors Hollande! Dehors Hollande!»

Joseph n'est pas le seul à demander réparations. À son arrivée sur le champs de marś Hollande a d'ailleurs été accueilli par quelques centaines de manifestants aux cris de "Dehors Francois Hollande! Dehors Francois Hollande!" Certains manifestants, visiblement bien organisés et politisés alors que Martelly lâchera son siège en janvier prochain, ont inscrit sur leurs pancartes: «Viv restitisyon», «l'argent oui, la morale non». Et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 13 mai 2015 à 00:28

    Ils demandent la même chose que nous : "Dehors Francois Hollande! Dehors Francois Hollande!", c'est à souligner, pour une fois que des citoyens de deux pays sont en osmose !!!!

  • pichou59 le mardi 12 mai 2015 à 19:32

    le roi du monde l'intouchable?