François Hollande à son arrivée à son QG de campagne le 23 avril 2012 à Paris

le
0

François Hollande attaque lundi sa campagne pour le deuxième tour en position favorable face au président sortant Nicolas Sarkozy , en situation délicate alors qu'il a besoin des électeurs centristes et d'extrême droite pour gagner après le score record de Marine Le Pen."Nous sommes confiants mais c'est aux Français de choisir leur destin", a déclaré le candidat socialiste à son arrivée lundi peu avant 10h00 à son QG de campagne, où il devait tenir un comité politique."La victoire est à portée de la main et en même temps, rien n'est joué!", a déclaré son directeur de campagne, Pierre Moscovici, en arrivant au QG, avenue de Ségur à Paris (VIIe). En tête avec 28,63% des voix selon des résultats quasi définitifs, le député de Corrèze s'envolera après ce comité politique en Bretagne, fief de son ami Jean-Yves Le Drian, dont le nom circule comme possible ministre de la Défense en cas de victoire le 6 mai.En soirée, le candidat, crédité de 54% au second tour (sondage Ipsos), tiendra une réunion publique à Lorient, après une étape à Quimper, la ville d'un de ses autres amis, Bernard Poignant. Pour sa part, Nicolas Sarkozy (27,08% des voix), se rend à côté de Tours, avec une équation difficile à résoudre: pour espérer être réélu, le président-candidat a besoin à la fois des électeurs de Marine Le Pen (18,01%) et de François Bayrou (9,11%).Sur le modèle de Jean-Marie Le Pen en 2007, le FN se dirige vers l'abstention ou le vote blanc. Le directeur de campagne de Marine Le Pen, Florian Philippot, a d'ailleurs confié qu'il s'apprêtait à "peut-être voter blanc, ou revoter Marine Le Pen". La candidate précisera sa ligne politique lors du traditionnel défilé de Jeanne d'Arc du 1er mai.Le FN espère aussi que l'UMP va "imploser" en cas de défaite de Nicolas Sarkozy, comme l'a dit le numéro deux frontiste Louis Aliot, et que la recomposition à droite se fera autour du parti frontiste."Si Nicolas Sarkozy perdait, nous serions un certain nombre à tout faire pour que l'UMP garde sa cohésion", a prévenu le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. François Bayrou n'a pas donné encore de consigne de vote, et n'en donnera "probablement pas avant le face à face" Hollande/Sarkozy, qui devrait se tenir le 2 mai, selon l'ex-ministre UMP Philippe Douste-Blazy."Il (ndlr: Sarkozy) n'est pas que devancé, il est isolé car il n'y a personne qui appelle à voter pour lui au soir du premier tour", a résumé l'ex-candidat à la primaire PS Arnaud Montebourg. "Quatre Français sur cinq - avec une grande mobilisation qu'il faut saluer - ont dit non à Nicolas Sarkozy", a aussi souligné la première secrétaire Martine Aubry."60% des électeurs de Marine Le Pen disent qu'ils voteraient Nicolas Sarkozy", analyse le politologue Pascal Perrineau, qui estime que le chef de l'Etat aurait besoin d'un report de 80%. Quant aux électeurs de François Bayrou, ils seraient tentés par la règle des trois tiers (un tiers pour Nicolas Sarkozy, un tiers pour François Hollande et un tiers d'abstention).Le candidat PS a déjà lui bénéficié du soutien de Jean-Luc Mélenchon (11,13%), qui a appelé à "battre Sarkozy" et d'Eva Joly (2,28%).Misant sur la défense de son bilan et l'inexpérience qu'il prête à son rival, le chef de l'Etat sortant a proposé à François Hollande non pas un mais trois débats entre les deux tours. François Hollande a aussitôt rejeté cette proposition.La porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, a accusé le candidat PS d'avoir "peur" de la confrontation, rappelant qu'il y avait eu quatre débats entre les candidats à la primaire PS.Une fois relevée la nette avance de François Hollande et la forte participation (plus de 80%), les éditorialistes soulignent surtout le score important de Marine Le Pen, dont "l'ombre planera sur la campagne du second tour" (Les Echos). Libération parle même d'"un air de 21 avril, pas aussi tragique qu'il y a dix ans, mais tout aussi inquiétant".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant