François Fillon, un faux plat et des frondeurs

le
0
Des articles promotionnels  -des formules 1- vendus au profit de la campagne de François Fillon à Nice, le 11 janvier.
Des articles promotionnels  -des formules 1- vendus au profit de la campagne de François Fillon à Nice, le 11 janvier.

Venu dans les Alpes-Maritimes en terrain conquis pour dérouler ses propositions sur l’immigration, le candidat de la droite a dû faire face à des turbulences dans son propre camp.

Etouffé par les attaques quotidiennes de la gauche, empêtré dans les polémiques sur son projet de réforme de la Sécurité sociale, François Fillon avait besoin d’un bon bol d’air en ce début d’année. Pour son premier déplacement important de la campagne présidentielle, mercredi 11 janvier, le candidat de la droite s’est rendu dans les Alpes-Maritimes pour parler d’immigration. Une terre et une thématique idéales pour se revigorer auprès d’un électorat longtemps sarkozyste et très compatible avec le discours « radical » de l’ancien premier ministre.

François Fillon a fait du classique : une visite au pas de charge du poste-frontière de Menton, une discussion à huis clos avec les agents de la Police aux frontières (PAF) et un discours musclé devant environ 3 000 sympathisants à l’Acropolis de Nice.

« La France est généreuse mais elle n’est pas une mosaïque et un territoire sans limites. C’est une nation en droit de choisir qui peut la rejoindre, en droit aussi d’exiger des étrangers qu’ils se plient à ses règles et à ses coutumes », a-t-il déclaré avant de décliner ses propositions : quotas d’immigration votés par les parlementaires, vérification des « capacités d’intégration » (maîtrise de la langue, adhésion aux valeurs de la République) avant la délivrance des visas, pas d’allocation avant deux ans de résidence, sortie de Schengen des pays qui ne maîtrisent pas leur frontière extérieure, fin de l’Aide médicale d’Etat (AME)…

Une ligne ferme agrémentée de mots ciselés pour...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant