François Fillon se sent pousser des ailes

le
0
L'ancien premier ministre n'imagine pas que les sondages, qui le donnent gagnant, puissent être démentis.

Pour l'ancien premier ministre, le vote des militants «ne peut pas être inversé» par rapport aux sondages. Bronzé, en forme - «50 km à vélo dans la Sarthe» ce week-end - et d'humeur diserte lundi dans les Vosges, François Fillon est confiant. Les sondages lui prédisent tous une écrasante victoire contre son principal concurrent, Jean-François Copé, pour la présidence de l'UMP.

Contrairement au secrétaire général de l'UMP, l'ex-premier ministre pense que le vote des militants, en novembre, «ne peut pas être inversé» par rapport à ces sondages, tous effectués sur des échantillons représentatifs des sympathisants de droite. Copé assure que la présence d'électeurs du Front national dans ces panels fausse le résultat. Dans le train qui l'emmène à Nancy, Fillon veut bien concéder que les «proportions» peuvent changer - la dernière étude de l'Ifop, publiée vendredi par Le Figaro, donne 62% pour lui et 21% pour Copé - mais pas le nom du vainqueur. On n'es

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant