François Fillon refuse de toucher à la loi de 1905

le
0
Le premier ministre a cadré le débat que l'UMP doit organiser le 5 avril sur la laïcité.

Poser des jalons pour sortir par le haut d'un débat qui, avant même d'avoir été tenu - l'UMP l'organise le 5 avril -, a suscité de vives critiques, y compris à droite. Au départ très réservé sur l'opportunité de débattre de la compatibilité de l'islam avec la République - même sous couvert de laïcité -, le premier ministre a tenté jeudi d'apaiser les esprits, tout en donnant un cadre au débat voulu par le patron de l'UMP, Jean-François Copé, en accord avec le président, et aux propositions concrètes qui doivent en découler.

Profitant d'une cérémonie de naturalisation à la préfecture de police de Paris, François Fillon a été très clair : pas question d'ouvrir la boite de Pandore en touchant à la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État. «La laïcité est un principe intangible, a-t-il rappelé. Comment préserver les valeurs annoncées en 1905 dans une société qui a changé depuis lors ? Jusqu'où peut aller la manifestation des cultes

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant