François Fillon redit «tout son soutien» à Michèle Alliot-Marie

le
0
L'éventualité d'un départ de la chef de la diplomatie, empêtrée dans une polémique sur ses dernières vacances en Tunisie, s'est fortement éloignée mardi avec la réaffirmation de la confiance de Nicolas Sarkozy et de son premier ministre.

Seconde partie de journée houleuse pour Michèle Alliot-Marie. Sous le feu des critiques depuis une semaine pour ses vacances tunisiennes controversées, la ministre des Affaires étrangères a dû affronter mardi l'opposition sur les bancs de l'Assemblée nationale, lors de la séance hebdomadaire de questions au gouvernement. Une opposition peu convaincue par son mea culpa du week end dernier et qui a de nouveau appelé à sa démission. Réponse de l'intéressée: «La polémique, ça suffit. J'ai répondu avec franchise et honnêteté à tout. Je ne répondrai plus à rien». Et Michèle Alliot-Marie d'attaquer ses détracteurs socialistes sur l'ancien président tunisien, Ben Ali, et le président sortant de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo.

Lundi, le socialiste François Hollande avait déjà estimé que Nicolas Sarkozy devait «mettre un terme à ce qui a été regardé comme un affaiblissement de la France», tandis que la présidente PS de la région Poitou-Charentes, Ségolè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant