François Fillon rappelle à l'ordre les constructeurs automobiles

le
0
Bien que «rassuré» par les engagements pris par PSA sur l'avenir des sites d'Aulnay (Seine-Saint-Denis) et de Sevelnord (Nord), le premier ministre n'oublie pas de rappeler au secteur automobile que l'Etat l'avait soutenu financièrement pendant la crise.

On se croirait revenu un an et demi en arrière. À l'époque, Renault avait l'intention de construire sa Clio IV en Turquie et non pas sur le site de Flins dans les Yvelines. Le gouvernement avait dû intervenir et finalement obtenir de la direction que la voiture soit construite en partie en France.

L'histoire va-t-elle se répéter avec PSA qui aurait l'intention de fermer ses usines d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et de Sevelnord (Nord). A ceci près que contrairement à Renault détenue à 30% par l'État, le constructeur au lion est une société 100% privée. La marge de man½uvre du gouvernement est donc beaucoup plus réduite.

«Ces entreprises sont redevables à la nation»

L'État prend cette affaire très au sérieux. Si le ministre de l'Industrie, Éric Besson, qui a rencontré jeudi soir le PDG de PSA, Philippe Varin, s'est dit «rassuré» par les engagements pris par le constructeur automobile, le premier ministre, François Fillon, en déplacement à Guéra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant