François Fillon plaide pour un nucléaire sécurisé 

le
0
Le premier ministre demande la mise en place de normes internationales de sûreté des centrales nucléaires. Pour EDF, ce niveau de contrôle a un prix, qui passe par une hausse des tarifs.

François Fillon a profité ce lundi d'un déplacement à la centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain - l'une des plus anciennes du parc d'EDF, dont l'un des réacteurs subit sa révision générale des trente ans -, pour réitérer le plaidoyer du gouvernement en faveur de l'énergie atomique. Étant bien entendu, a rappelé le premier ministre, que «la sûreté, c'est la priorité des priorités». La fin d'année s'annonce chargée sur ce dernier dossier. Six mois après la catastrophe de Fukushima, au Japon, EDF doit remettre sa copie d'ici une quinzaine de jours sur les tests de résistance des centrales ­françaises.

L'ASN évaluera ensuite, d'ici à décembre, les informations sur la résistance des centrales aux séismes et inondations extrêmes. Interrogé sur l'absence de prise en compte du risque terroriste dans ces tests, François Fillon a reconnu que les centrales actuelles - à la différence du réacteur EPR en chantier à Flamanville - ne résisteraient pas à l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant