François Fillon lance un vibrant appel à l'unité 

le
0
À Nice, le premier ministre a exhorté implicitement Jean-Louis Borloo à se ranger derrière Nicolas Sarkozy.

Cap sur 2012, avec une seule feuille de route : «Démontrer aux Français que la barre de l'intérêt général sera tenue jusqu'au bout.» Devant 2 000 personnes réunies à l'Acropolis de Nice (Alpes-Maritimes), le premier ministre a lancé vendredi soir un appel sans concession à l'union de la majorité pour 2012.

«Le nombre de nos adversaires nous interdit de multiplier les candidatures à la présidentielle, nous interdit de fractionner la majorité au gré de nos sensibilités, aussi légitimes soient-elles», a averti François Fillon. S'adressant implicitement à l'ancien numéro deux du gouvernement, Jean-Louis Borloo, qui veut s'imposer comme le porte-drapeau des idées centristes et radicales en 2012 (sans dire s'il sera candidat pour le moment), le chef du gouvernement a martelé : «L'unité n'est pas une faculté, elle n'est pas une option parmi d'autres, elle est une nécessité vitale ! Le morcellement de la majorité n'a aucun sens, ni électoral ni idéologique

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant