François Fillon formalise sa plainte et engage un référé

le
1
FRANÇOIS FILLON CONTRE-ATTAQUE
FRANÇOIS FILLON CONTRE-ATTAQUE

PARIS (Reuters) - François Fillon va porter plainte en diffamation contre les deux auteurs du livre "Sarko s'est tuer" qui lui ont attribué, citant Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, des propos visant à déstabiliser Nicolas Sarkozy, annonce lundi son avocat.

L'ex-Premier ministre va également engager une action en référé pour obtenir une copie intégrale de l'enregistrement de Jean-Pierre Jouyet effectué par les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, précise Me Jean-Pierre Versini-Campinchi dans un communiqué.

"Un fait nouveau est intervenu ce matin : l'enregistrement par les journalistes, Messieurs Davet et Lhomme, de leur conversation avec Monsieur Jouyet, a pu être entendu par fragments par plusieurs journalistes", précise-t-il.

"Dès lors, le contenu de cet enregistrement ayant été partiellement rendu public, nous allons engager une procédure de référé d'heure à heure (en urgence-NDLR) devant le président du Tribunal de grande instance de Paris aux fins de lui demander soit de nous faire remettre, soit de faire remettre à un tiers de son choix, une copie intégrale de l'enregistrement audio."

Lors d'un repas fin juin, François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy en faisant accélérer les procédures judiciaires à son encontre pour ne pas "le laisser revenir" en politique, écrivent dans un livre les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Après un démenti, le secrétaire général de la présidence est revenu sur ses dires dimanches, en affirmant que l'ex-Premier ministre lui avait effectivement parlé de deux affaires : le dossier Bygmalion, un système présumé de fausses factures pour financer le dépassement du plafond des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 et celui du paiement des pénalités liées à l'invalidation de ces comptes.

Ces propos ont été une nouvelle fois démentis par François Fillon, qui a également nié avoir simplement évoqué avec Jean-Pierre Jouyet les affaires pouvant viser Nicolas Sarkozy.

"S'il est avéré que les propos ont été tenus, c'est vis-à-vis de M. Jouyet que nous aurons une explication judiciaire", a-t-il ajouté.

L'Elysée se retranche derrière la ligne selon laquelle il n'y a pas eu d'intervention dans les affaires de justice.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 10 nov 2014 à 17:41

    La popularité de N. Sarkozi n'est pas au plus haut dans les sondages. De la à penser que le gouvernement!! avec l'aide de Jouyet savonne la planche de tous les concurrents de Sarko pour n'avoir que lui et sa batterie de casseroles en face en 2017 il n'y à qu'un pas. Attention à vous Mr Alain Juppé