François Fillon encourage les Français de Tunisie à ne pas partir

le
0
VIDÉO - Le premier ministre a également rappelé que la France était «aux côtés du peuple tunisien» et qu'elle souhaitait «l'organisation d'élections libres».

Critiquée pour son soutien tardif à la Révolution du jasmin, la France a fait savoir par la voix de son premier ministre, mardi, que son rôle «était d'accompagner la Tunisie» et que l'amitié qui liait les deux pays «était plus forte que tous les régimes».

François Fillon en a aussi profité pour dire «toute sa confiance» à sa ministre des Affaires étrangères, contestée pour sa prise de position sur la Tunisie. Le 11 janvier, devant l'Assemblée nationale, la chef de la diplomatie française avait proposé au régime de Ben Ali la coopération de la France en matière de sécurité et de maintien de l'ordre, en pleines émeutes populaires réprimées dans le sang.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant