François Fillon : « Alain Juppé a un programme qui me semble décalé »

le , mis à jour à 07:46
1
François Fillon : « Alain Juppé a un programme qui me semble décalé »
François Fillon : « Alain Juppé a un programme qui me semble décalé »

C'est un François Fillon très détendu qui nous a reçus lundi dans son bureau de l'Assemblée. Même si l'ampleur de son score, dimanche, fait peser sur ses épaules une « vraie responsabilité ».

Etes-vous étonné par l'ampleur de ce résultat ?

François Fillon. Je sentais depuis plusieurs jours que la dynamique était très puissante autour de moi. Je n'ai donc pas été vraiment surpris par le résultat. Mais je ne me laisse pas emporter par les vivats et les pronostics de ceux qui m'enterraient il y a deux mois. Je trace mon sillon.

Comment expliquez-vous cette incroyable dynamique de fin de campagne ?

J'ai fait une campagne en phase avec les attentes des Français. Les sondages qui prédisaient un duel Juppé-Sarkozy étaient artificiels. Pendant des mois, j'ai été effacé par ce duel. A la minute où la campagne a commencé, les Français se sont rendu compte qu'il y avait un autre candidat, avec un projet cohérent.

Vous avez douté ?

Il y a eu des doutes autour de moi. Moi, jamais. Pour une raison simple : le terrain. C'est peut-être ce qui a manqué à certains de mes concurrents. Et Alain Juppé a présenté un programme qui me semble décalé par rapport au centre de gravité de la droite. Mais aussi du pays, qui est plus à droite qu'il ne l'a jamais été.

Juppé attaque votre programme, « pas crédible, trop libéral... ». Que lui répondez-vous ?

Quand j'étais à 10 % dans les sondages, tous les commentateurs, y compris lui-même, disaient que mon programme était excellent. Maintenant que je suis à 44 % il est, paraît-il, « infaisable ». Le scepticisme d'Alain Juppé révèle ses hésitations à agir fort. Ses critiques justifient ma candidature. Je lui réponds que si on n'accepte pas de prendre des mesures radicales, la situation du pays continuera à se dégrader.

Vos mesures très libérales ne risquent-elles pas de mettre les Français dans la rue ?

Mais c'est le statu quo qui rend les Français furieux ! On ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a une semaine

    5.5 millions de fonctionnaires travaillant 39h par semaine au lieu de 34h , soit 5 h de plus : = 27 500 000 h de récupérées : Soit en valeur poste de travail 27 500 000 : 39 = 705 128 postes économisés . Il est donc tout à fait envisageable de réduire de 500000 le nombre de fonctionnaires .