François Fillon abaisse à 0,5% la prévision de croissance 2012

le
3
LE GOUVERNEMENT TABLE SUR UNE CROISSANCE DE 0,5% EN 2012
LE GOUVERNEMENT TABLE SUR UNE CROISSANCE DE 0,5% EN 2012

PARIS (Reuters) - François Fillon a abaissé lundi à 0,5% contre 1,0% auparavant la prévision de croissance économique du gouvernement pour 2012.

L'impact budgétaire sera de 5 milliards d'euros et il sera compensé sans demander d'efforts supplémentaires aux Français, a précisé le Premier ministre.

La nouvelle prévision gouvernementale est la même que celle choisie par le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande. Elle est supérieure à celles des économistes et de plusieurs institutions internationales.

Les économistes interrogés par Reuters attendent en moyenne 0,1%, le Fonds monétaire international 0,2% et l'OCDE 0,3%. La Commission européenne attend 0,6%.

La nouvelle prévision de croissance sera intégrée au projet de loi de finances rectificative qui sera présenté au conseil des ministres le 8 février.

Le gouvernement n'a pas encore modifié sa prévision pour 2013 (2,0%), très supérieure à celles des économistes et institutions internationales.

"Ces prévisions de croissance, nous les révisons maintenant de 1% à 0,5%, ce qui permet de prendre en compte la détérioration de notre environnement économique, même si les premiers frémissements de l'activité paraissent poindre en Europe", a dit François Fillon lors d'un point de presse.

"La croissance devrait redémarrer dans la zone euro et en particulier en France avant la fin du premier semestre."

"Cette révision de la croissance à 0,5 au lieu de 1% dans le projet de loi de finances pour 2012 a un impact d'environ 5 milliards sur nos comptes", a-t-il dit. "Les efforts accomplis par ce gouvernement et par tous les Français, ainsi que le budget très prudent que nous avions construit, nous permettent de l'absorber sans demander d'effort supplémentaire aux Français."

François Fillon s'exprimait au lendemain de l'annonce par Nicolas Sarkozy d'une hausse de la TVA en octobre, d'une taxe sur les transactions financières en août et de l'assouplissement des normes de construction des logements.

Le chef de l'Etat a également pressé dimanche les partenaires sociaux de négocier un cadre permettant de signer des accords sur la durée du travail au sein des entreprises.

Jean-Baptiste Vey, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Orange37 le lundi 30 jan 2012 à 16:19

    Autant prévoir déjà entre 0% et 0.2% au mieux. Après avoir promis de ne pas augmenter nos impôts en 2007 (on est au max. des prélèvements en 2012), après la baisse du chômage en 2011 que notre président voyait se dessiner début 2011. Il serait temps de passer à autre chose...

  • CDECHAMB le lundi 30 jan 2012 à 15:52

    Sans efforts ? et la TVA de Sarko alors ?

  • delsha le lundi 30 jan 2012 à 15:51

    Si dès janvier les prévisions (toujours optimistes par rapport à la suite) sont abaissées à 0.5%, autant dire que la croissance ne sera pas molle mais négative.Et que les mesures prises ne serviront qu'à payer les intérêts d'une dette, qui est celle de ces politiques libérales.Mais ne changeons rien surtout...