François Fillon à la rencontre des chrétiens d'Irak

le
0
Une rue de Bagdad.
Une rue de Bagdad.

Durant tout l'été, François Fillon a réclamé une conférence internationale sur les chrétiens d'Irak et s'est indigné du sort qui leur est réservé. Il y a quelques jours, il a décidé de se rendre sur place à Bagdad et au Kurdistan pour mesurer concrètement l'ampleur du chaos irakien et la situation de la communauté chrétienne.

Première étape de son voyage, lundi, à Bagdad, en compagnie du député Pierre Lellouche, spécialiste des questions internationales. Les deux hommes ont rencontré plusieurs responsables politiques (après le départ du Premier ministre Nouri al-Maliki, le nouveau gouvernement n'a pas encore été constitué) ainsi que monseigneur Sako, patriarche des chaldéens et évêque de Kirkouk et Souleymanieh.

"Erreur d'analyse"

Dans Bagdad, Fillon et Lellouche étaient cornaqués par des escortes militaires irakiennes imposantes. Ils ont toutefois pu se rendre compte du désespoir des habitants. "C'est un peu une ville morte", raconte Pierre Lellouche, dont c'est le troisième voyage sur place (le précédent remonte à 2011) et qui ne reconnaît plus la capitale irakienne. "Les habitants sont comme tétanisés par l'offensive des djihadistes de l'État islamique et ne sortent plus de chez eux, et comme il n'y a pas de gouvernement, ils redoutent le pire." Les deux députés voulaient aussi confronter leurs prises de position sur la Syrie et l'Irak à la réalité du terrain.

Lundi soir, Fillon et Lellouche ont repris...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant