François Chérèque quitte l'Agence du service civique

le
1
François Chérèque quitte l'Agence du service civique
François Chérèque quitte l'Agence du service civique

L'ex-leader de la CFDT François Chérèque a décidé de mettre fin à ses fonctions de président de l'Agence du service civique et de Haut-commissaire à l'engagement civique «pour raisons de santé», a annoncé mercredi l'Agence. Son adjoint au Haut-commissariat, le préfet Yannick Blanc, est nommé Haut-commissaire à l'engagement civique, selon le compte-rendu du conseil des ministres.

 

Il aura pour mission «d'assurer la montée en charge ambitieuse du service civique, de mettre en place la réserve citoyenne, bientôt créée par le projet de loi Egalité et citoyenneté, et de mener une réflexion sur l'évolution de la Journée Défense et Citoyenneté», a souligné de son côté le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner.

 

Yannick Blanc, 61 ans, a été préfet du Val d'Oise en 2015-2016. Il est depuis 2012 le président de La Fonda, un laboratoire d'idées destiné à valoriser le fait associatif. Le ministre a salué le travail accompli par François Chérèque, estimant que «le Service civique n'aurait pas l'ampleur qu'il a aujourd'hui sans sa mobilisation sans faille».

 

Agé de 60 ans, François Chérèque avait annoncé en septembre 2015 qu'il suspendait temporairement ses fonctions à l'Agence pour suivre un traitement de chimiothérapie. En janvier, il avait indiqué vouloir reprendre progressivement ses activités et avait été présent lors des voeux de François Hollande le 11 janvier à la jeunesse et aux «forces de l'engagement».

 

François Chérèque était président de l'Agence du service civique depuis le 1er janvier 2014 et avait été nommé à la tête du Haut-commissariat à l'engagement civique à sa création en avril 2016. Il a dirigé pendant dix ans la CFDT, où il a conforté la culture de la négociation. Il avait gravi un à un les échelons du syndicat avant d'être élu à sa tête en mai 2002, au lendemain du revers électoral de la gauche, absente du second tour de l'élection ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 10 mois

    Un très très grand défenseur de la cause ouvrière, comme Notat et maintenant Berger ; mais heureusement, il a ensuite été récompensé à 10 000 euros mensuels.