François Berléand : « Etre invisible, cela m'a façonné »

le
0
L'acteur Francois Berleand en octobre 2009 à Lille.
L'acteur Francois Berleand en octobre 2009 à Lille.

Longtemps abonné aux seconds rôles, ce comédien à l’impressionnante filmographie est devenu un incontournable du cinéma français. Il sera sur la scène du théâtre Montparnasse, à Paris, dans « Moi, moi & François B. » à partir du– septembre.

Je ne serais pas arrivé là si…

… si je n’avais pas écouté la petite voix de la flemme, à 12 ans. J’avais commencé le piano depuis deux ans, et je montrais quelques qualités. Je ne connaissais pas le solfège mais je m’arrangeais avec les notes après avoir écouté le morceau, j’avais une bonne oreille. Ma professeure de piano avait organisé une audition avec son mari, qui enseignait au conservatoire national. Il m’avait trouvé un talent d’interprétation, et était prêt à me « prendre », mais il fallait travailler trois heures par jour. Ma mère était flattée. J’avais au moins ce talent-là – je n’en avais pas beaucoup d’autres. Une petite voix me disait « Vas-y, c’est ce que tu aimes », une autre « Trois heures par jour, faut pas exagérer… » Sans cette flemme qui a pris le dessus, je serais peut-être un très mauvais musicien, pianiste de bar ou déjà mort d’avoir ingurgité trop d’alcool.

En fait, je ne serais pas arrivé là, sans tous ces hasards dont ma vie a été faite. Un jour, alors que je devais aller au théâtre avec un copain, il a eu un empêchement, or c’est lui qui avait les places. J’étais donc libre quand la troupe de l’école de commerce que je fréquentais a appelé pour me proposer un rôle. Je suis monté sur scène. L’odeur des planches, les lumières… J’ai su que ça allait être ma vie.

C’est embêtant quand on démarre une école de commerce, non ?

J’ai tout de même suivi deux années de cours. Ensuite, je me suis fait embaucher dans la publicité. J’inventais des slogans comm...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant