François Bayrou prêt à travailler avec Juppé, Valls et les réformistes du PS

le
9
François Bayrou prêt à travailler avec Juppé, Valls et les réformistes du PS
François Bayrou prêt à travailler avec Juppé, Valls et les réformistes du PS

François Bayrou est prêt. Prêt à travailler avec des réformateurs comme Alain Juppé (UMP), Manuel Valls (PS) et quelques uns de ses ministres au terme d'une dissolution de l'Assemblée nationale qui ne peut qu'intervenir, à moins de paralyser le pays jusqu'à 2017. «François Hollande ne peut pas tenir», a-t-il martelé.

Invité du Grand rendez-vous d'Europe 1/ Le Monde/ iTélé ce dimanche matin, le président du MoDem et maire de Pau « prône 1) le retour devant le peuple, vite, sans quoi il n'y aura pas de changement politique majeur, 2) que les grandes forces politiques travaillent ensemble».

De fait, alerte le Béarnais, «vous avez une majorité rétrécie ou riquiqui lorsque vous avez à mener une politique courageuse». Il faut donc s'allier au-delà des frontières actuelles des partis politiques pour mener les grands chantiers qui débloqueront le pays. «Il ne serait pas difficile pour moi de travailler avec Alain Juppé d'un côté et ceux qui viennent de se former autour de Manuel Valls» (Ndlr : Emmanuel Macron, Stéphane Le Foll, François Rebsamen notamment) de l'autre, a admis l'ancien ministre de l'Education nationale.

Valls, oui, mais pas son parti !

Depuis les élections municipales au printemps dernier, François Bayrou a eu l'occasion de dire tout le bien qu'il pense d'Alain Juppé et de l'avenir politique qu'il lui souhaite. Au point, même, de ne pas insister pour une candidature dans son camp si le maire de Bordeaux était candidat à l'élection présidentielle de 2017. Ce dimanche matin, le centriste a aussi attribué quelques bons points au Premier ministre, qu'il juge «cohérent» et faisant montre « d'un certain courage». Manuel Valls, dit-il, «a osé franchir des frontières, transgresser des tabous au moins dans les mots». Et de regretter que cette franchise «ne débouchera pas sur une révolution du PS». Valls, oui, mais pas son parti ! 

«Il faut que le Parti socialiste soit sanctionné ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le lundi 27 oct 2014 à 09:55

    A condition qu'il lui donne un travail...Bien rémunéré cela va sans dire...

  • mlaure13 le dimanche 26 oct 2014 à 19:18

    Girouette dites vous?...ça a quand même le mérite de prendre le vent ...mais le problème est de savoir ou ns mène ce vent ?...

  • jfvl le dimanche 26 oct 2014 à 15:35

    Qui entend la parole de ce foi jaune ?

  • M940878 le dimanche 26 oct 2014 à 15:04

    Bayrou était prêt à s'associer avec Ségo , c'est tout dire !

  • LeRaleur le dimanche 26 oct 2014 à 14:59

    Le Bayrou qui mange à tous les râteliers.

  • M5441845 le dimanche 26 oct 2014 à 14:22

    Compte tenu de son manque de fiabilité, pas sûr que les gens qu'il cite veuillent travailler avec lui... Même si en 2007 sa campagne sur le problème de la dette était de bon niveau, il est possible qu'aujourd'hui, il ne représente plus que lui même.

  • cmoineau le dimanche 26 oct 2014 à 14:15

    Girouette

  • paspad le dimanche 26 oct 2014 à 13:41

    Judas va remettre ça en 2017

  • M5062559 le dimanche 26 oct 2014 à 13:02

    Il devient évident pour le plus grand nombre qu'il faut une sorte d'union nationale. Sinon on repartira pour un tour de plus avec des personnes trop clivantes comme Hollande et sarkozy ou marine.