François Bayrou attend des finalistes des mesures crédibles

le
0
François Bayrou attend des finalistes des mesures crédibles
François Bayrou attend des finalistes des mesures crédibles

PARIS (Reuters) - L'ex-candidat centriste François Bayrou demande dans une lettre à Nicolas Sarkozy et François Hollande des "mesures crédibles" pour le redressement financier de la France, jugeant leurs projets respectifs insoutenables économiquement.

Le président du Mouvement Démocrate (MoDem), qui a subi un échec cuisant au premier tour de l'élection présidentielle (9,13% des voix), avait précisé dimanche soir qu'il prendrait ses "responsabilités" en vue du second tour à la lecture des réponses des finalistes à sa missive et à l'écoute de leurs discours d'ici au 6 mai.

François Bayrou, dont les soutiens commencent à dévoiler leurs intentions pour le second tour en ordre dispersé, prévoit de donner une éventuelle consigne de vote le 3 mai, au lendemain du débat télévisé entre le candidat socialiste et le président sortant.

Sa lettre, dont le contenu a été rendu public par le MoDem, leur a été adressée mercredi.

François Bayrou, le premier à avoir alerté sur le fardeau de la dette française dès 2006, insiste en préambule sur la vérité due sur la situation financière du pays.

"Je ne crois nullement que la crise financière soit derrière nous. Je pense au contraire que la crise est devant nous, et qu'elle sera très dure", écrit-il, s'inquiétant des remèdes proposés par les deux candidats.

"ATTITUDE PERSONNELLE"

"La recherche de l'équilibre des finances publiques n'est obtenue dans vos deux projets que par l'affichage d'une croissance impossible à court terme. Je vous demande instamment de réfléchir à ce péril et d'envisager des mesures crédibles pour l'écarter s'il est encore temps", souligne-t-il.

"Pour moi, la décision constitutionnelle, inscrite dans le traité européen, de renoncer pour l'avenir aux facilités du déficit, du moins en période de croissance, la "règle d'or", doit s'imposer à tous les pays qui ont l'euro en partage", rappelle-t-il.

Outre le désendettement, François Bayrou décline les priorités qu'il a défendues durant sa campagne : éducation, moralisation de la vie publique, pérennité du projet européen.

"Des millions de Français partagent ces valeurs et ces préoccupations. Ils seront, je n'en doute pas, attentifs aux orientations qui seront les vôtres sur ces questions durant la campagne du deuxième tour", écrit le dirigeant centriste.

Il précise que dans "ces moments difficiles", "l'attitude personnelle des gouvernants comptera beaucoup".

"C'est une question de valeurs, personnelles autant que politiques. Depuis des années, c'est la violence des attitudes et des mots, la guerre d'un camp contre l'autre, la complaisance à l'égard des extrêmes qui caractérisent notre pays", écrit François Bayrou, alors que la stratégie de Nicolas Sarkozy à l'égard du Front national fait polémique.

François Bayrou adresse en conclusion ses "sentiments cordiaux" aux finalistes.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant