Franco, Atléti et Real : mythes et réalités

le
0
Franco, Atléti et Real : mythes et réalités
Franco, Atléti et Real : mythes et réalités

Si la relation du général Franco avec le football alimente aujourd'hui encore les débats les plus enflammés, elle ne peut pas se réduire à son seul rapprochement du Real Madrid. Loin du petit club des pauvres de la capitale, l'Atlético aussi a servi aux desseins du dictateur.

Qu'on le veuille ou non, la politique et le football ont toujours été étroitement liés. De leurs nombreuses rencontres, on ne retient que les plus emblématiques. Celles qui ont changé l'histoire du sport et du pays concerné. Celles semblables au transfert du génie Alfredo Di Stéfano au Real Madrid, alors même qu'il avait déclaré vouloir jouer pour le FC Barcelone. Pour les Catalans, aucun doute n'est permis : le général Franco a tout fait pour que la légende rejoigne son club favori, son formidable outil de propagande qu'était la Maison-Blanche.


Depuis, le monde entier associe Los Merengues au dictateur, n'hésitant pas à faire de cette relation la seule que Franco ait jamais entretenue avec le monde du football. Parallèlement, le public a construit l'image d'un Atlético "pur", représentant les classes pauvres de la capitale et souffrant d'une injustice chronique face au Real Madrid, club chouchouté par les élites. Pourtant, et comme c'est toujours le cas lorsqu'on parle d'histoire, les choses ne sont pas si simples. Pendant un temps, le général s'est aussi servi de l'Atlético et de ses succès pour affirmer une certaine idée de l'Espagne.

Guerre civile et fierté militaire


En 1903, des étudiants basques de Bilbao résidant à Madrid décident de créer un club de football parent de l'Athletic Bilbao. L'Athletic Club de Madrid est né. Le préfixe est le même, tout comme la couleur des maillots. Dans les années 1920, le club de Madrid prend ses distances avec son homologue basque et commence à glaner quelques trophées régionaux. Vainqueurs à trois reprises du Campeonato del Centro, ceux qui commencent à se faire connaître comme les Colchoneros se font un nom et sont invités à participer à la saison inaugurale de la Liga, en 1928. Commence alors une décennie compliquée pour le club, qui passe le plus clair de son temps à prendre l'ascenseur entre la première et la seconde division (relégation en 1930, promotion en 1934, relégation en 1936). La guerre civile espagnole donne toutefois au club de la capitale une opportunité inespérée : au début de la saison 1939-1940, le Real Oviedo est contraint de…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant