Franck Henouda, l'Agent gentilhomme

le
0
Franck Henouda, l'Agent gentilhomme
Franck Henouda, l'Agent gentilhomme

Si le Shakhtar Donetsk est devenu Little Brazilia, c'est grâce à lui. L'agent Franck Henouda, dessinateur industriel et ancien GO au Club Med, a construit son empire et sa réputation à la force de la parole. Portrait.

Il parle vite. Très vite. Tellement qu'il n'utilise parfois pas de verbe. Simplement un sujet et un complément. Et il sourit. Beaucoup. Tellement qu'il a creusé avec les années cette fameuse ride reliant le milieu du nez aux coins des lèvres. Car Franck Henouda n'hésite pas à le dire : Il a plutôt "bien réussi sa vie dans un domaine qui le passionne." Et ça le rend heureux. Travailler dans le football, sans y avoir été invité, ça le rend fier : "Aujourd'hui, au Brésil, tous les clubs et les joueurs me connaissent." Si en Europe, la donne est légèrement différente, celui que l'on connaît aujourd'hui comme l'homme derrière la plus grande colonie brésilienne d'Ukraine a gravi les échelons les uns après les autres. Et il faut reconnaître qu'il est parti de très bas. Ou de très loin, plus exactement.

"Claude Puel m'appelle encore mon GO."


Le seul diplôme dont Franck Henouda peut aujourd'hui témoigner, c'est celui de dessinateur industriel, "donc strictement rien à voir avec le football." Algérien de naissance, Essonnien d'enfance, rien ne le relie au ballon rond jusqu'à ses vingt ans. Simplement un goût prononcé pour l'effort physique : "Je faisais plein de sport et je n'étais pas mauvais de partout. Ceinture noire de karaté, du football, du handball…" Et sans que rien ne le prédispose non plus à devenir GO, il est embauché par le Club Med peu de temps après la fin de ses études : "La meilleure école que j'ai pu fréquenter. Je faisais plein de sport. J'ai par exemple appris le ski ou la plongée en bouteille. Et puis ça m'a permis de voyager alors que je n'en avais pas les moyens. Et puis c'est surtout là que j'ai appris le relationnel, que j'ai appris à vaincre ma timidité, que j'ai commencé à connaître des footballeurs."

Douglas Costa, la fièvre brésilienne du Bayern
Safet Sušić, Bruno Germain, Philippe Jeannol, ou encore Claude Puel continuent aujourd'hui à l'appeler "mon GO". Sans le savoir, en prenant du bon temps et en parcourant le Mexique, les Bahamas ou encore la Tunisie, au travers de soirées ou d'activités sportives, Franck se prépare un avenir…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant