Franck Dja Djédjé : "Si j'avais pu signer dans un club pour 10 ans, je l'aurais fait"

le
0
Franck Dja Djédjé : "Si j'avais pu signer dans un club pour 10 ans, je l'aurais fait"
Franck Dja Djédjé : "Si j'avais pu signer dans un club pour 10 ans, je l'aurais fait"

Formé au PSG comme Brice, son petit frère, Franck Dja Djédjé a ensuite connu des voyages incessants, quelques galères et quelques coups du sort. Arrivé au Qatar à l'approche de ses 30 ans, il regarde derrière tout en gardant ses ambitions pour le futur, sans oublier de mettre quelques points sur les I.

Bonjour Franck, meilleurs vœux pour cette année. Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour 2016 ? Me souhaiter beaucoup de buts, et que je fasse monter mon club en première division comme je sais bien le faire.

Oui, on parle beaucoup de joueurs qui vont dans des équipes au Qatar, mais toi, tu joues dans une équipe de deuxième division. Ça donne quoi, le niveau de jeu ? Il équivaut à un bas de deuxième division française.

Donc la première division qatarie ressemble selon toi à ce qu'on peut trouver dans les championnats européens ? Tout à fait. Dans le temps, c'était plus faible. Mais maintenant, vu les joueurs de grande qualité qui viennent jouer ici, ce n'est plus des joueurs qui viennent pour la retraite. Ça ils ont compris, ils veulent plus. Ils prennent des joueurs jeunes qui en veulent encore pour pouvoir remonter le niveau du jeu. Et quand je regarde la première division à la télé, ce n'est pas ridicule.

Ça fait 6 mois que tu es au Qatar. Si on fait un premier bilan sportif, mais aussi sur ta vie en général, qu'est-ce qu'on retient ? Au niveau du mode de vie, je suis venu avec ma famille, avec mes deux enfants. Côté famille, il n'y a rien à dire, c'est vraiment un pays familial, pour ma famille c'est top. Et niveau footballistique, j'y suis très bien, avec 8 passes décisives et 6 buts.

Tu dis que ta famille est venue avec toi. Tu as énormément voyagé, et c'est ton sixième championnat. Est-ce qu'ils t'ont suivi à chaque fois, ou parfois tu as dû les laisser en France ? Ils m'ont toujours suivi. Ils m'ont suivi quand j'étais en Ukraine. Quand il a commencé à y avoir des problèmes, ils sont rentrés en France, et moi, je suis resté tout seul. En Biélorussie, c'est pareil, ils ne sont pas restés avec moi, ils sont juste restés quelque temps et ils sont rentrés. Sinon pour les autres pays, en Norvège ils étaient avec moi, en Écosse ils étaient avec moi...

Tête de ballon à Grenoble.…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant