Francis Kalifat va remplacer Roger Cukierman à la tête au Crif

le
1
Francis Kalifat va remplacer Roger Cukierman à la tête au Crif
Francis Kalifat va remplacer Roger Cukierman à la tête au Crif

Francis Kalifat est la nouvelle tête du Crif. Natif d'Oran (Algériee) et réputé plus chaleureux que son prédécesseur Roger Cukierman, 79 ans, qui cède son siège dans les prochains jours. Agé de 63 ans, Francis Kalifat est connu pour son franc-parler. «Tolérance zéro» contre l'antisémitisme «sous toutes ses formes», «intransigeance totale» vis-à-vis du Front national, il est une figure consensuelle au discours ferme. Il deviendra dimanche président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), vitrine politique de la première communauté juive d'Europe.

C'est aussi une première au sein de cette communauté: un sépharade accède à la tête de l'instance de représentation politique du judaïsme français, après presque un demi-siècle de domination ashkénaze. Mais Francis Kalifat n'y voit «aucun symbole», prenant simplement acte d'une «transformation sociologique de la population juive». Il assure que «si campagne il y avait eu, cela n'aurait pas été un argument de campagne pour moi». Francis Kalifat se présentera seul, dimanche, aux suffrages de l'assemblée générale du Crif, représentant ses 70 associations.

«Une mobilisation de tous les instants» contre l'antisémitisme

«En étant positif, on y voit le signe d'un consensus. En étant réaliste, on note que la présidence du Crif est une responsabilité lourde, difficile», relève ce chef d'une entreprise de chaussures qui s'est organisé pour se consacrer à son mandat de trois ans. «Ce que vit la communauté juive en France exige une mobilisation de tous les instants», martèle le président bientôt élu, alors que plus de 800 actions et menaces antisémites ont été enregistrées en 2015. Soit 40% des actes racistes commis en France, tandis que les juifs représentent moins de 1% de la population française.

Dans une continuité assumée avec son prédécesseur, Francis Kalifat place son mandat «sous le signe de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • amitai il y a 7 mois

    bon courage,mais l electorat juif ne represente plus grand chose ,donc ca va empirer.je comprend les francais de confession juive ,qui vont chercher ailleurs une plus grande securite.c est pas normal que l armee ou la police soit en permanence devant les synagogues ou les ecoles juives,pour les proteger de certtains de nos concitoyens qui ne respecte rien,et qui s abrite derriere leur antisionisme pour justifier leurs actes