France-Wauquiez tempère ses critiques contre la loi Taubira

le
1
    PARIS, 19 septembre (Reuters) - Laurent Wauquiez, candidat à 
la présidence des Républicains, tempère ses attaques contre la 
loi Taubira autorisant les unions homosexuelles en déclarant 
dans Valeurs actuelles que "le problème n'est pas le mariage" 
mais celui de la filiation et de la marchandisation du corps de 
la femme. 
    L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, favori pour l'élection 
des 10 et 17 décembre et héraut de l'aile droitière du parti, a 
été l'un des plus farouches opposant à la loi de mai 2013 sur le 
mariage pour tous et a maintes fois réclamé son abrogation. 
    "On voit bien que la loi Taubira a ouvert une mécanique sur 
laquelle il est évident qu'il faut revenir", confirme-t-il dans 
un entretien à paraître mercredi dans Valeurs actuelles. 
    Mais, ajoute-t-il, "il ne s'agit pas de démarier les couples 
de même sexe et le sujet n'est pas la notion de mariage, comme 
l'a exprimé François Fillon pendant la campagne présidentielle, 
mais bien de fixer des lignes rouges pour empêcher toute 
marchandisation et toute remise en cause de la filiation." 
    Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes est annoncé 
au meeting de rentrée, fin septembre, de Sens commun, émanation 
politique de La Manif pour tous et fer de lance de la 
contestation contre la loi Taubira. 
    Il est partisan comme les anti-mariage gay d'une réécriture 
de la loi. 
    "On doit pouvoir revenir sur la loi Taubira", insiste-t-il 
dans Valeurs actuelles. 
    Revenir sur "les dispositions qui conduisent, dans la loi 
Taubira, à la GPA et à la PMA" et "revenir de l'adoption 
plénière par des couples de même sexe à une adoption simple, qui 
ne remet pas en cause les liens de filiation", précise-t-il, 
dans la ligne du programme de François Fillon pour la campagne 
présidentielle. 
    "Un enfant reste le fruit d'une femme et d'un homme. La 
société qui revient sur cela va vers un monde sans repères", 
estime Laurent Wauquiez. 
    "Le problème n'est pas la question du mariage, mais celle de 
la filiation et de la marchandisation." 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 il y a 3 mois

    Sa veste a combien de couches de tissus? Pour le retournement!