France-Vote des objectifs de la transition énergétique

le
0

PARIS, 10 octobre (Reuters) - Les députés français ont adopté vendredi l'un des articles les plus importants du projet de loi sur la transition énergétique, qui vise à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% en 2025. L'article premier de ce texte prévoit également de diminuer de moitié la consommation énergétique en 2050 par rapport à l'année 2012. Un amendement a été entériné qui introduit un objectif intermédiaire de réduction de 20% en 2030. L'examen de ce texte devrait s'achever vendredi, les députés devant se prononcer sur l'ensemble du texte mardi prochain. Le Sénat devrait l'examiner à son tour en décembre ou en janvier, l'objectif du gouvernement étant de faire adopter définitivement ce projet de loi au printemps avant la tenue à Paris fin 2015 du sommet mondial sur le climat. Environ 2.500 amendements ont été déposés sur la soixantaine d'articles que compte le projet de loi mais le gouvernement a décidé d'appliquer une procédure dite du "temps programmé" qui permet d'éviter d'interminables débats. Le groupe UMP ayant décidé de défendre un par un tous ses amendements sur l'article premier pendant quatre jours, il ne disposait plus de temps vendredi pour défendre ses autres amendements sur les autres articles. Le gouvernement a également décidé d'utiliser la procédure dite "accélérée", qui permet de réduire le nombre de navettes entre l'Assemblée et le Sénat. TOUTE LA GAUCHE POUR L'objectif de ce projet de loi présenté par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal est de réduire la consommation d'énergie, notamment fossile, et la part du nucléaire dans la production d'électricité grâce aux énergies renouvelables. La baisse de la consommation des énergies fossiles serait de 30% en 2030 et celle des émissions des gaz à effet de serre de 40% entre 1990 et 2030, avant une division par quatre en 2050. Il prévoit aussi de diminuer de moitié d'ici 2050 la consommation d'énergie notamment par des logements moins énergivores grâce à des allègements fiscaux pour la rénovation. Parmi les nombreux amendements adoptés par la commission spéciale de l'Assemblée chargée d'examiner ce texte, l'un fixe comme objectif la rénovation de l'ensemble du parc immobilier aux normes "bâtiment basse consommation" à l'horizon 2050. Un autre prévoit la création d'un carnet de santé numérique du logement pour tous les immeubles privés à usage d'habitation dont la mise en oeuvre sera échelonnée entre le 1er janvier 2017 et le 1er janvier 2025. Tous les groupes de gauche soutiennent ce projet de loi. "C'est un texte audacieux qui remet la politique énergétique au coeur de la démocratie", a dit l'écologiste Cécile Duflot. En revanche, l'opposition UMP et UDI (centriste) votera contre. "Nous ne laisserons pas passer un texte qui se fixe des objectifs de gosplan soviétique sans réfléchir aux modalités financières", a déclaré l'UMP Julien Aubert. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant