France-Villeroy (BdF) prône une amplification des réformes

le
2
    * Des réformes indispensables pour doper la croissance 
    * La crédibilité de la France en Europe en dépend, dit 
Villeroy 
    * L'Allemagne et la Suède en exemples 
 
    PARIS, 18 mai (Reuters) - Une amplification "substantielle" 
des réformes est nécessaire et possible en France pour augmenter 
le potentiel de croissance de son économie, a déclaré mercredi 
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. 
    Dans sa lettre annuelle aux présidents de la République, du 
Sénat et de l'Assemblée nationale publiée mercredi, il estime 
que ces réformes sont non seulement impératives mais aussi 
nécessaires pour asseoir la crédibilité de la France en Europe 
et permettre d'avancer vers une plus grande coordination des 
politiques budgétaires. 
    Pour le gouverneur de la Banque de France, les progrès 
accomplis ces dernières années pour améliorer la productivité de 
l'économie française sont "sensibles" mais "le chemin à 
parcourir reste très significatif" pour augmenter la croissance 
potentielle. 
    "Une amplification substantielle des réformes est non 
seulement nécessaire mais possible", indique celui qui a été 
nommé l'automne dernier par François Hollande pour succéder  
Christian Noyer. 
    Si la croissance de son économie a accéléré l'an passé, 
comme l'a confirmé mardi l'Insee  , la France affiche 
toujours des résultats "inférieurs à la reprise de la zone euro 
dans son ensemble, elle-même encore trop partielle". 
     
    SOUTIEN A LA LOI TRAVAIL 
    Se faisant l'écho des préconisations faites de longue date 
par les institutions internationales (FMI, OCDE, Commission 
européenne) mais aussi la Cour des comptes et France Stratégie, 
François Villeroy de Galhau insiste sur la nécessité de 
s'attaquer aux rigidités sur les marchés des biens et services, 
d'améliorer la formation des jeunes et des chômeurs et de 
réformer l'Etat. 
     Il prône en outre un dialogue social "rénové et 
décentralisé au niveau de l'entreprise, au plus près de la 
réalité économique et humaine", jugeant sur ce point que le 
projet de loi Travail "apporte des progrès bienvenus en ce 
sens". 
    S'agissant de la réforme de l'Etat et, plus globalement, de 
la sphère publique, le gouverneur souligne que la "maîtrise des 
dépenses publiques est clé" et souhaite pour cela "de vrais 
choix de missions, au-delà de la succession de 'coups de rabots' 
trop génériques". 
    "Il est essentiel (...) de ne rien relâcher de la discipline 
budgétaire et de passer nettement sous 3% de déficit (par 
rapport au PIB) en 2017", dit-il dans sa lettre en référence aux 
objectifs du gouvernement. 
    Pour ces réformes, François Villeroy de Galhau appelle à une 
"mobilisation collective dans la durée" et souligne les succès 
des efforts menés par des pays comme la Suède ou l'Allemagne qui 
montrent, selon lui, "qu'il n'y a pas fatalement à choisir entre 
un modèle économique plus performant et un modèle social auquel 
nos concitoyens tiennent légitimement". 
     "Faire preuve de la même ambition en France n'est pas 
seulement un impératif pour notre pays, c'est aussi une 
condition de notre crédibilité en Europe pour pouvoir avancer 
vers une plus grande coordination de nos politiques budgétaires 
et structurelles", dit-il. 
    "Celle-ci est indispensable, en relais de la politique 
monétaire active, pour relancer la croissance et l'emploi". 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz il y a 7 mois

    Ah ! Je ne savais pas qu'il y avait eu des réformes. Maintenant si on appelle réformes le matraquage fiscal que nous subissons depuis 4 ans, il doit y avoir comme une petite erreur. Je suis content de voir que tous les Robespierre en herbe de 2012 ont quasiment disparu des forums, à part encore un ou 2 illuminés. Je suppose qu'ils sont en train de digérer l'essorage général...

  • M8252219 il y a 7 mois

    Les petites erreurs aux grands effets : suppression de l'aide à l'embauche d'apprentis : suppression du jour de carence dans la fonction publique : Augmentation sans limite de contrats d'avenir sans avenir. non diminution du nombre des parlementaires (pour la confiance envers les élus) .

Partenaires Taux